Déficiences liées aux cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS)

    #Activité physique et rééducation

Dernière mise à jour : 12/12/2014


« Les patients présentant un cancer des VADS ont un besoin important d’une prise en charge rééducative. Cette prise en charge rééducative est quasi-systématique pendant ou après le traitement. Des publications récentes sont en faveur de l’efficacité d’une prise en charge préventive. »

En fonction de la localisation et de la taille de la tumeur, les conséquences prédomineront sur certaines fonctions :

  • Déficits respiratoires
  • Déficits de la déglutition
  • Déficits de la manducation
  • Déficits de la voix et de la parole
  • Déficits de la posture : cervicaux et scapulaires
  • Déficits liés aux sites de prélèvements des lambeaux

Explorer les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordination 
Paul CALMELS (CHU Saint Etienne); Virginie Woisard (CHU Toulouse).

Méthodologie
Majid BRUNET (Réseau Espace Santé-Cancer / Rhône-Alpes; Lyon)

Membres du groupe de travail
BALAGUER Mathieu , BAYEN Eléonore, BLOCK Sylvie, BOSSER Gilles, CAHOUR Lénaïc, CALCAGNO Béatrice, CAMBIEN Stéphanie, CANONNE Emilie, CERISIER Alain, CHENET Amandine, CHEVIGNANRD Mathilde, CHOMETON Evelyne, CUGY Emmanuelle, DAVELUY Walter, De BOISSEZON Xavier, DEMOLY Chantal, DEMONET Gaëlle, DE FONTAINE Caroline, DECLEMY Patrice, DEROUBAIX Hervé, DEVAUX Christophe, EVESQUE Melissa, EVRARD Elodie, FARENC Jean Claude, FRENAY Cécile, GAUDRON Elise, GENTY Marc, JACQUIN-COURTOIS Sophie, JUSOT Marie-Pierre, LABRUNEE Marc, LAIGLE-DONADEY Florence, LAITEM Brigitte, MAGNE Nicolas, MAGNIN Valérie, MALLOIZEL-DELAUNAY Julie, MARQUE Philippe, MARQUER Adelaïde, MORISSET-NOUET Marie Isabelle, PARDESSUS-MULLIEZ Vinciane, PIERRE Michèle, PUECH Michèle, QUINTIN Julia, RADE Julie, RIBINIK-LETZT Patricia, RIQUOIR Michel, SICRE-GATIMEL Virginie, THEVENON André, TREGOUET Magali, VANLEMMENS
Laurence, VERIN Éric, VIEILLARD Marie-Hélène, VOLCKMANN Pierre, WINISDOERFFER Nicolas, WITHEAD-DELLIEGE Nathalie, WOISARD-BASSOLS Virginie.

Approbateurs (participants aux ateliers des J2R du 11/12/2014)
AGASSE Marie-Françoise, ALEXANDRE Elodie, BRUNET Abdelmadjid, CALCAGNO Béatrice, CALMELS Paul, CAUNES-HILARY Nathalie, CHENET Amandine, LUSTREMENT Virginie, PUECH Michèle, RASOARAMONA Aude, WOISARD Virginie.

Les déficiences liées aux cancers VADS

déficiences-liées-cancer

Les patients présentant un cancers des VADS ont un besoin important d’une prise en charge rééducative. Cette prise en charge rééducative est quasi systématique pendant ou après le traitement.

Des publications récentes sont en faveur de l’efficacité d’une prise en charge préventive (Cavalot 2009, Crary 2012, Kotz 2012).

En fonction de la localisation et de la taille de la tumeur, les conséquences prédomineront sur certaines fonctions (figure n°1)

La présence de ganglions cervicaux est un facteur aggravant le pronostic fonctionnel (REF) par atteinte des structures cervicales (tissus mous, nerfs avec risques de rigidité et paralysies)

fonctions-atteintes-cancer

La temporalité des besoins de prises en charge est propre aux différents parcours thérapeutiques

temporalité-prise-en-charge

personnalisation-prise-en-charge

Après la description des prises en charge en fonction des déficits, la personnalisation de la prise en charge en fonction des protocoles thérapeutiques et des déficits associés sera revue.

La spécificité de la prise en charge de la douleur

Principales douleurs dans les cancers des VADS

Mucites en cours de radiothérapie et/ou chimiothérapie

  • Traitement préventif : bains de bouche au bicarbonate
  • Traitement curatif :
    • Bains de bouche (bicarbonate, acide acétylsalicylique…)
    • Antalgiques : Paliers OMS 1,2 ou 3
    • Alimentation et boissons adaptées
    • Evaluation du retentissement nutritionnel : intérêt d’une gastrostomie ?

Douleurs neuropathiques et nociceptives

  • Dans un territoire concerné ( trijumeau, glossopharyngien, plexus cervical) en post chirurgie ou radiothérapie ou bilatérale (extrémités) en cas de toxicité de la chimiothérapie
  • Evaluation par DN4
  • Traitement anti neuropathique efficace : antidépresseurs tricycliques (amitriptyline chlohydrate, clomipramine chlohydrate) ou antiépileptiques (prégabaline, gabapentine)

Douleurs séquellaires

  • Mécanismes multiples : neuropathique (après radiothérapie ou section nerveuse), myofasciale (fibrose post radique, reconstruction par lambeau ) ou articulaire (cervicale , temporo-mandibulaire)
  • Prise en charge associant traitement antalgique et rééducation avec kinésithérapeute
  • Importance de l’évaluation pluridisciplinaire avec prise en compte des répercussions physiques, psychiques et socio-familiales

Appel aux compétences des algologues en cas de situation complexes ou d’échecs

=> Référentiels (AFSOS ) :

  • Mucites
  • PEC de la douleur du cancer chez l’adulte

Questionnaire DNA en annexe

Personnalisation de la prise en charge

La survenue des effets secondaires avec les risques de complications à court terme et de séquelles à long terme dépendent des caractéristiques de la maladie cancéreuse et de facteurs propres au patient.

La connaissance de tous les facteurs pronostiques aide à déterminer la population exposée et prendre des mesures prophylactiques incluant des programmes de rééducation (Crary 2012; Kotz 2012).
Ces facteurs sont listés en annexe 2

Ainsi, les patients présentant un cancer des VADS présentent des profils spécifiques à risques plus ou moins élevés de séquelles fonctionnelles.

La gestion de chaque patient en fonction de son profil de risque peut être en partie anticipée et inscrite au programme personnalisé de soins (PPS).

personnalisation-prise-en-charge.bis

Une prise en charge globale

Les déficits décrits précédemment peuvent s’associer différemment chez un patient traité pour un cancer des VADS et évoluer pour leur propre compte, majorant la mortalité.
Ceci est notamment décrit pour les complications des troubles de la déglutition (Hunter KU 2014).

Une rééducation spécifique des déficits est nécessaire, mais elle doit être incluse dans un programme plus global associant nutrition et activité physique adaptée (Hutcheson 2013).

Elle est aussi personnalisée, conditionnée par les attentes et la motivation du patient et/ou des proches et le contexte général (clinique, social, psychologique…).

Cette rééducation doit être renouvelée selon l’évolution et peut être reprise à distance, parfois très tardivement en raison des effets tardifs de la radiothérapie.

Lorsque la rééducation n’est pas adaptée/indiquée ou insuffisante, d’autres approches thérapeutiques doivent être envisagées, comme des prothèses adaptées, des gestes chirurgicaux,…

Annexe 1

Questionnaire DN4

questionnaire-DNA4

Annexe 2

Facteurs pronostiques de séquelles fonctionnelles chez les patients atteint de cancers VADS

La survenue des effets secondaires n’est pas seulement en rapport avec les modalités d’irradation.

La connaissance de tous les facteurs pronostiques aide à déterminer la population exposée et prendre des mesures prophylactiques incluant des programmes de rééducation.

Ainsi, les patients présentant un cancer des VADS présentent des profils spécifiques à risques plus ou moins élevés de séquelles fonctionnelles.

La gestion de chaque patient en fonction de son profil de risque peut être en partie anticipé et inscrit au PPS.

Les deux tableaux suivants synthétisent les données de la littérature concernant ces facteurs de risque et les facteurs pronostiques.

Facteurs pronostiques / Structures anatomiques respectées
Particulièrement étudiés par rapport au troubles de la déglutition : fausses routes et dysphagie

Capturechirurgie-radiotherapie

Facteurs pronostiques / Radiothérapie

facteurs-de-risque

Annexe 3

Les modalités de prise en charge

La majeure partie de la prise en charge repose sur les compétences des orthophonistes et/ou des kinésithérapeutes. Ces rééducateurs travaillent exclusivement sur prescription médicale.

La précocité de la prise en charge est fondamentale pour les troubles respiratoires et les troubles de la déglutition. Elle peut débuter quel que soit le lieu où le traitement est réalisé et/ou le lieu où séjourne le patient.

La spécificité ou la complexité de certaines rééducation ont conduit à la création de consultations ou d’établissement dédiés.
Il existe ainsi des consultations ou des hospitalisations de jour dédiées au bilan de déglutition et des centres de rééducation pour les laryngectomisés.

Cependant, le retour à domicile est la modalité la plus fréquente au décours du traitement et les rééducateurs libéraux sont le plus souvent sollicités. Il y a très peu de centres de rééducation compétents.

Références bibliographiques

Caglar HB, Tishler RB, Othus M, Burke E, Li Y, Goguen L, Wirth LJ, Haddad RI, Norris CM, Court LE, Aninno DJ, Posner MR, Allen AM. Dose to larynx predicts for swallowing complications after intensity-modulated radiotherapy.Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2008 ;72:1110-8.

Caudell JJ, Schaner PE, Desmond RA, Meredith RF, Spencer SA, Bonner JA. Dosimetric factors associated with long-term dysphagia after definitive radiotherapy for squamous cell carcinoma of the head and neck. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2010;76:403-9.

Cavalot AL, Ricci E, Schindler A, Roggero N, Albera R, Utari C, Cortesina G. The importance of preoperative swallowing therapy in subtotal laryngectomies.Otolaryngol Head Neck Surg. 2009;140:822-5.

Christianen ME, Schilstra C, Beetz I, Muijs CT, Chouvalova O, Burlage FR, Doornaert P, Koken PW, Leemans CR, Rinkel RN, de Bruijn MJ, de Bock GH, Roodenburg JL, van der Laan BF, Slotman BJ, Verdonck-de Leeuw IM, Bijl HP, Langendijk JA. Predictive modelling for swallowing dysfunction after primary (chemo)radiation: results of a prospective observational study. Radiother Oncol. 2012 Oct;105(1):107-14.

Crary MA, Carnaby GD, LaGorio LA, Carvajal PJ. Functional and physiological outcomes from an exercise-based dysphagia therapy: a pilot investigation of the McNeill Dysphagia Therapy Program.Arch Phys Med Rehabil. 2012;93:1173-8.

Duprez F, Madani I, De Potter B, Boterberg T, De Neve W. Systematic review of dose–volume correlates for structures related to late swallowing disturbances after radiotherapy for head and neck cancer. Dysphagia. 2013;28:337-49.

Dirix P, Abbeel S, Vanstraelen B, Hermans R, Nuyts S. Dysphagia after chemoradiotherapy for head-and-neck squamous cell carcinoma: dose-effect relationships for the swallowing structures. Int J Radiat Oncol Biol Phys 2009;75:385-92.

Feng FY, Kim HM, Lyden TH, Haxer MJ, Feng M, Worden FP, Chepeha DB, Eisbruch A. Intensity-modulated radiotherapy of head and neck cancer aiming to reduce dysphagia: early dose-effect relationships for the swallowing structures. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2007;68:1289-98.

Frowen J, Cotton S, Corry J, Perry A. Impact of demographics, tumor characteristics, and treatment factors on swallowing after (chemo)radiotherapy for head and neck cancer.Head Neck 2010;32:513-28.

Haderlein M, Semrau S, Ott O, Speer S, Bohr C, Fietkau R. Dose-dependent deterioration of swallowing function after induction chemotherapy and definitive chemoradiotherapy for laryngopharyngeal cancer. Strahlenther Onkol. 2014;190:192-8.

Halczy-Kowalik L, Sulikowski M, Wysocki R, Posio V, Kowalczyk R, Rzewuska A. The role of the epiglottis in the swallow process after a partial or total glossectomy due to a neoplasm. Dysphagia 2012;27:20-31.

Hui Y, Wei WI, Yuen PW, Lam LK, Ho WK. Primary closure of pharyngeal remnant after total laryngectomy and partial pharyngectomy: how much residual mucosa is sufficient? Laryngoscope. 1996;106:490-4.

Hutcheson et al Eat and Exercise During Radiotherapy or Chemoradiotherapy for Pharyngeal Cancers : Use It or Lose It; JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2013;139(11):1127-1134.

Kotz T, Federman AD, Kao J, Milman L, Packer S, Lopez-Prieto C, Forsythe K, Genden EM. Prophylactic swallowing exercises in patients with head and neck cancer undergoing chemoradiation: a randomized trial.Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2012;138:376-82.

Lango MN, Langendijk JA, Doornaert P, Rietveld DH, Verdonck-de Leeuw IM, Leemans CR, Slotman BJ. A predictive model for swallowing dysfunction after curative radiotherapy in head and neck cancer. Radiother Oncol 2009;90:189-95.

Mortensen HR, Overgaard J, Jensen K, Specht L, Overgaard M, Johansen J, Evensen JF, Andersen E, Andersen LJ, Hansen HS, Grau C; DAHANCA Group. Factors associated with acute and late dysphagia in the DAHANCA 6 & 7 randomized trial with accelerated radiotherapy for head and neck cancer. Acta Oncol. 2013;52:1535-42

Schwartz DL, Hutcheson K, Barringer D, Tucker SL, Kies M, Holsinger FC, Ang KK, Morrison WH, Rosenthal DI, Garden AS, Dong L, Lewin JS. Candidate dosimetric predictors of long-term swallowing dysfunction after oropharyngeal intensity-modulated radiotherapy. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2010;78:1356-65.

Servagi-Vernat S, Ali D, Roubieu C, Durdux C, Laccourreye O, Giraud P. Dysphagia after radiotherapy: State of the art and prevention. Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis. 2014 Jun 9. pii: S1879-7296(14)00070-2.

Smith JE, Suh JD, Erman A, Nabili V, Chhetri DK, Blackwell KE; Risk factors predicting aspiration after free flap reconstruction of oral cavity and oropharyngeal defects.Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2008;134:1205-8.

van der Molen L, Heemsbergen WD, de Jong R, van Rossum MA, Smeele LE, Rasch CR, Hilgers FJ. Dysphagia and trismus after concomitant chemo-Intensity-Modulated Radiation Therapy (chemo-IMRT) in advanced head and neck cancer; dose-effect relationships for swallowing and mastication structures. Radiother Oncol 2013;106:364-9.

Woisard V, Puech M. La rehabilitation de la deglutition chez l’adulte. Le point sur prise en charge fonctionnelle 2nd Ed. Solal, Marseille 2010 : 411p

Zuydam AC, Lowe D, Brown JS, Vaughan ED, Rogers SN. Predictors of speech and swallowing function following primary surgery for oral and oropharyngeal cancer. Clin Otolaryngol 2005;30:428–37.

 

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos