Les fiches Bonnes Pratiques Socio-Esthétique

    #Socio-esthétique

Dernière mise à jour : 22/11/2016


Ces fiches de bonnes pratiques émanent d’un savoir faire des experts ayant participé à l’élaboration de ce référentiel. Cela ne remplace pas un avis médical.

La socio-esthéticienne se réfère aux spécialistes de santé (pharmacien, médecins).

Les produits dermocosmétiques utilisés par la socio-esthéticienne doivent avoir certaines qualités requises :

  • Faire partie d’une catégorie de produits cosmétiques spécifiques bénéficiant d’une recherche dermatologique approfondie.
  • Répondre aux besoins des peaux sensibles, réactives.
  • Répondre à un cahier des charges strict : hypoallergéniques (sans parfum, sans alcool, sans conservateurs susceptibles d’entraîner des allergies, sans paraben, contrôlés en nickel

Ils ne se trouvent qu’en parapharmacie ou en pharmacie, ils peuvent être prescrits (non remboursés) en complément de traitements dermatologiques.

Pour une meilleure innocuité, il est préférable d’utiliser les produits dermocosmétiques qui peuvent être issus du thermalisme ou de laboratoires pharmaceutiques/dermatologiques.

Explorer les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordination

Marlène DEVIN (Psycho-Socio-Esthéticienne, et coiffeuse hospitalière Association ISIS Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins) Cécile GROSJEAN (Socio-Esthéticienne, Centre Antoine Lacassagne Nice) Carine LARCHET (Maquilleuse, Association Aqualibre, Paris)

Membres du groupe de travail

Amélie ALAGNA (Socio-Esthéticienne, Clinique du Parc Impérial, Nice) Agnès ARQUILLIERE (Socio-Esthéticienne, Centre Léon Bérard, Lyon) Yveline BARBAULT (Coiffeuse, Centre Léon Bérard, Lyon) Emmanuelle BON-GIRAUD (Socio-Esthéticienne, association SEMEH au Centre Henri Becquerel, Rouen) Véronique DESCLE (Esthéticienne, Institut de Cancérologie de Lorraine) Dr Fadila FARSI (Médecin coordonnateur, Réseau Espace Santé Cancer Rhône-Alpes-Lyon) Marie GIUDICELLI (IDE, CHU Nice) Marie Christine JOULOT (Socio-Esthéticienne, CHU Toulouse) Muriel PASCUAL (Socio-Esthéticienne, Institut Sainte Catherine, Avignon) Patricia SICARD (Socio-Esthéticienne, CH Niort)

Relecteurs

Florence BARRUEL (Psychologue clinicienne, CHI Montfermeil) Sylvie Brusco Responsable Département Santé chez Any d’avray Dr Benjamin HOCH (Oncologue, Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins) Hélène LABROSSE (Pharmacienne) Dr Michel REICH (Psychiatre, Centre Oscar Lambret ,Lille) Susanne STROYBERG (IDE référente ambulatoire chimiothérapie) Dr Eric TESSIER (Radiothérapeute Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins)

Soutien méthodologique

Mme Elise CORTES-CARLU (Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse) Mme Sophie LACCOUREGE (Réseau Régional de Cancérologie ONCOMIP) Dr Paula POGGI (Médecin, Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse)

Contributeurs J2R Lyon

Amélie ALAGNA (Socio-Esthéticienne, Clinique du Parc Impérial, Nice) Yveline BARBAULT (Coiffeuse, Centre Léon Bérard, Lyon) Emmanuelle BON-GIRAUD (Socio-Esthéticienne, association SEMEH au Centre Henri Becquerel, Rouen) Elisabeth BUSQUET (Infirmière en cancérologie, Hôpital privé Jean Mermoz, Lyon) Stéphane CHATEIL (Cadre de santé, RR Oncopic, Amiens) Elise CORTES (Coordinateur administratif, RRC Oncopaca, Corse) Florence DAVESNE (Infirmière en cancérologie, Onco 41, La Chaussée St Victor) Marlène DEVIN (Socio-Esthéticienne, RR Oncopaca, Mougins) Dr Fadila FARSI (Médecin coordonnateur, Réseau Espace Santé Cancer Rhône-Alpes-Lyon) Marie GIUDICELLI (IDE, CHU Nice) Cécile GROSJEAN (Socio-Esthéticienne, Centre Antoine Lacassagne, Nice) Ivan KRAKOWSKI (Oncologue médical, président de l’AFSOS, Nancy) Carine LARCHET (Maquilleuse, Association Aqualibre, Paris) Céline MANOUX (Secrétaire, Ligue Contre le Cancer, Limoges) Coralie MICHEL (Chargée de projets, RR OncoPL, Nantes) Gilles NALLET (Cadre de santé, RR Oncolie, Besançon) Véronique PANEL (Socio-Esthéticienne, Ousse) Paula POGGI (Médecin, Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse) Florence POLI (Infirmière, Centre Hospitalier de Chambéry) Samia RHOUNI (Assistante, RRC Oncolor, Nancy) Stéphanie TRAGER (Oncologue médical, Senlis) Véronique TUAL (Cadre de santé, Paris)

Qualités requises des produits dermo-cosmétiques

– Faire partie d’une catégorie de produits cosmétiques spécifiques bénéficiant d’une recherche dermatologique approfondie.

– Répondre aux besoins des peaux sensibles, réactives.

– Cahier des charges strict :

• Hypoallergéniques (sans parfum, sans alcool)

• Sans conservateurs susceptibles d’entraîner des allergies

• Sans paraben

• Contrôlés en nickel

Ils ne se trouvent qu’en parapharmacie ou en pharmacie, ils peuvent être prescrits (non remboursés) en complément de traitements dermatologiques.

Pour une meilleure innocuité, il est préférable d’utiliser les produits dermocosmétiques qui peuvent être issus du thermalisme ou de laboratoires pharmaceutiques/dermatologiques.

Ces fiches de bonnes pratiques émanent d’un savoir faire des experts ayant participés à l’élaboration de ce référentiel. Cela ne remplace pas un avis médical.

La socio-esthéticienne se réfère aux spécialistes de santé (pharmacien, médecins).

La peau

Lorsque l’abréviation «TTT» est employée dans ce document, elle fait référence au mot « traitement ». Tous les traitements (TTT) du cancer : chimiothérapie, thérapie ciblée et radiothérapie peuvent avoir des répercussions sur la peau du visage, du cou, du décolleté et du corps.

Prendre soin de sa peau de manière anticipée permet de retarder l’apparition et l’intensité de la déshydratation. Ceci est valable pour les femmes comme pour les hommes.

L’hypersensibilité de la peau ne constitue pas un frein, au contraire, pour la réalisation des soins et des différents conseils proposés. Pour la réalisation des soins corporels, l’emploi de produits dermo-cosmétiques (cf. diapo 5) est à privilégier.

En complément des conseils S.E, il est possible de bénéficier d’une cure thermale post-cancer (soumise à prescription): se référer à la société du thermalisme.

La peau et les éruptions cutanées

DESCRIPTION :

Les traitements médicaux des cancers peuvent entrainer des éruptions cutanées sur le visage, le décolleté et le dos. Cette réaction dite « folliculite » bien que ressemblant à de l’acné ne doit pas être traitée de la sorte.

Les premiers signes apparaissent 7 jours en moyenne après le début du traitement, s’atténuent voire disparaissent dans le mois qui suit l’arrêt du traitement de chimiothérapie. Selon le grade de la toxicité, un traitement médical, oral et/ou local, sera prescrit par le médecin oncologue, il est important de bien le respecter.

La S.E. intervient en appui et à la demande de l’équipe de soins afin de donner les conseils d’hygiène cutanée adaptés. Elle assurera un suivi afin de renouveler les recommandations

L’échelle CTCAE* pour l’évaluation de l’éruption

ECHELLE DE TOXICITÉ Si la problématique de l’état cutané du patient dépasse le grade 1 de l’échelle CTCAE*, les S.E orientent la personne soit vers l’équipe médicale soit vers le médecin référent.

descriptif-grade

photogrades1-2

Les soins de la peau en chimiothérapie

L’effet du dessèchement et la sensibilité de la peau sont plus ou moins importants selon les traitements de chimiothérapie et le type de peau initial (peau fine, épaisse, teint clair, mat…) La majorité de ces effets secondaires disparaissent progressivement dans les mois qui suivent l’arrêt du traitement de chimiothérapie.

Le nettoyage régulier de la peau permet de la protéger des impuretés, de la pollution et renforce ainsi la barrière cutanée. L’hydratation de la peau permet de préserver un confort et un bien-être corporel.

Les professionnels en Socio-Esthétique recommandent la mise en place de l’hydratation de la peau à l’aide de soins nourrissant, en exerçant des mouvements circulaires sur la partie à traiter.

Les soins de la peau en radiothérapie

Prendre soin de sa peau en radiothérapie limite l’apparition des phénomènes de brûlures et renforce l’hydratation en protégeant les tissus. L’auto-modelage est encouragé pour améliorer la souplesse de la peau durant les rayons.

Afin de diminuer les réactions cutanées et les effets secondaires de la radiothérapie, il est conseillé de :

• Mettre en pratique les conseils de prévention et de traitement 15 jours avant le début des rayons et durant la période de soins.

• Ne rien appliquer sur la zone traitée avant la séance de rayons.

• Avoir une peau parfaitement propre, sèche et dépourvue de toute substances graisseuses.

• Porter des vêtements amples, en coton ou en lin .

• Ne pas appliquer de déodorant et de parfum à proximité des zones traitées.

Le syndrome main-pied (MP)

Le syndrome MP peut apparaître après l’administration de certaines molécules de chimiothérapie qui ont tendance à s’accumuler dans la paume des mains et la plante des pieds. Une collaboration est donc indispensable entre oncologue/dermatologue/socioesthéticienne lors de l’introduction du traitement par thérapies ciblées surtout pendant les deux premiers mois Il se caractérise par :

• Une fragilité de la peau

• Une rougeur

• Un gonflement

• Une sécheresse de la peau

• Des petites bulles ou cloques

• Des tiraillements

• Des squames

• Des sensations douloureuses…

Cf. Référentiel AFSOS : « Prise en charge du syndrome main-pied induit par le sunitinib et le sorafenib »

L’échelle du syndrome main pied

Grade 1 : Modification cutanée ou dermatite minime sans douleur

Symptômes : fourmillements, sensations déplaisantes au toucher, sensations de brûlure, picotements, gonflements, rougeurs. Les symptômes n’affectent pas l’activité de la personne

Grade 2 : Modification cutanée avec douleur sans gêne fonctionnelle

Symptômes : rougeurs, gonflements, cloques, œdèmes, apparition de douleurs mais sans gêne fonctionnelle, les symptômes n’affectent pas l’activité de la personne.

Grade 3 : Modification cutanée ou dermatite ulcérative avec douleurs entraînant une gêne fonctionnelle

Symptômes : épaississement et desquamation de la peau, cloques, douleurs sévères, le patient est incapable de faire ses activités quotidiennes

 

Conseils

– un avis de pédicure-podologue avant de démarrer le TTT (examen clinique palmo-plantaire et mise en état des pieds (hyperkératose))

– Préférer des douches tièdes plutôt que chaudes ou bains

– Sécher minutieusement les mains et les pieds sans frotter

– Appliquer souvent et généreusement une crème hydratante et nourrissante sur les paumes et les plantes la nuit, et ce, sous occlusion au moindre symptôme (film alimentaire ou autre)

– Garder les pieds et les mains au frais

– Mettre les paumes et les plantes de pieds 15 à 20 minutes plusieurs fois dans la journée en contact avec le « froid » (ex : sac de glace, sac de légumes surgelés (petits pois), sac de noyaux de cerises, compresse froide…)

– Porter des gants type latex pour tous les gestes de la vie quotidienne (bricolage, préparation des légumes, vaisselle, ménage, jardinage…) afin d’éviter le plus possible contact avec l’eau et les produits ménagers

– Porter des chaussures souples, amples, sans couture, sans talon. Ajouter éventuellement des semelles intérieures en gel refroidis auparavant. Elles évitent les zones de pression et repartissent les appuis.

– Soulever les jambes avec des coussins et aussi souvent que possible

– Utiliser un coussin d’allaitement pour optimiser le confort nocturne (placé entre les jambes, il évite des zones d’appui et de frottement)

– Lavage avec un pain dermatologique (savon sans savon)

– Eviter toute exposition au soleil ou la chaleur

– Les activités entraînant frottements et pressions sur les mains et les pieds (ex : longues marches sportives, travaux ménagers intensifs…)

– La station debout prolongée

– Le port de chaussures en matière synthétique ou plastique

– Le lavage répétitif des mains au cours de la journée

– L’utilisation de solution hydro-alcoolique

– L’application de pansements, de bandes adhésives sur la peau

– L’utilisation de savon de Marseille & savons agressifs

La peau et le soleil

GENERALITE

Le soleil entraîne un risque de photosensibilisation occasionné par la chimiothérapie, il est conseillé de s’informer auprès de son oncologue.

Les risques sont :

• un coup de soleil accéléré entraînant une brûlure et/ou l’apparition de taches pigmentaires irréversibles

• l’accentuation de la folliculite

 

LES UV

• UV A sont en partie responsables du vieillissement cutané et peuvent favoriser l’apparition de certains cancer de la peau

• UV B sont responsables des coups de soleil

LES UV ET LES TRAITEMENTS

EN CHIMIOTHERAPIE

– Pas d’exposition au soleil sans protection pendant toute la durée du traitement et pendant un an après la fin du traitement.

– S’exposer ne voulant pas dire seulement être allongé au soleil, mais être dehors : promenade, jardinage, lèche vitrines….

– Protection également à l’ombre pour la réverbération, à ciel semi couvert, derrière une vitre.

Pas de séances UV pendant un an.

 

EN RADIOTHERAPIE

– Pas de soleil ni UV à vie sur la zone irradiée

 

EN PREVENTION

– Appliquer une crème solaire indice 50+ en bonne quantité sur les zones apparentes, protégeant des UV A et B

– renouveler toutes les 2 heures, voire toutes les heures en cas de forte exposition

– Porter si possible un vêtement en coton épais, lin ou bambou de couleur foncée

LES ECRANS SOLAIRES

LES FILTRES CHIMIQUES

– absorbent et empêchent les rayons UV de pénétrer dans la peau

– Il faut plusieurs filtres pour avoir une combinaison efficace sur les UV A et B

– Ils sont moins stables que les écrans minéraux, leur efficacité diminue rapidement, peuvent être allergisants

– Moins chers

 

LES ÉCRANS MINÉRAUX

– réfléchissent les UV

– plus stables

– résistent à l’eau

– laissent souvent un film blanc sur la peau

– plus chers

 

Ecrans minéraux ne veut pas dire absence de filtres chimiques.

Les soins du visage et du corps déconseillés pendant les traitements de radiothérapie et chimiothérapie

• Huiles essentielles

• Masque à l’argile

• Peeling

• Savon de Marseille, savon noir

• Après-rasage

• Produits alcoolisés (lotions, déodorants,…)

• Parfums et produits parfumés

• Cosmétiques de supermarché

• UV en cabine

• Séances de laser

• Sauna/Hammam/Bain chaud

• Exposition solaire déconseillée après la radiothérapie sur la zone traitée

• Produits anti-acné classiques

• Éviter l’utilisation d’un rasoir mécanique

Les phanères

Un certain nombre de molécules utilisées dans la chimiothérapie peuvent engendrer des effets secondaires sur les ongles. L’oncologue évaluera les niveaux de risques :

• L’onychopathie : fragilisation des ongles, changement de pigmentation ou inflammation.

•  L’onycholyse : décollement progressif de l’ongle, souvent douloureuse avec suppuration sous unguéale.

• La paronychie ou périonyxis : inflammation de la peau du pourtour de l’ongle, peut survenir pendant et après quelques semaines de traitement.

 

Pour les pieds, prévoir un rendez-vous chez le pédicure avant le début du traitement.

Protéger la peau des pieds et des mains avec des produits adaptés, quelle que soit la molécule utilisée, sa dose et son mode d’administration.

Protéger les ongles avec des vernis spécifiques pour limiter la photosensibilisation (lumière naturelle + rayons du soleil UVA/UVB), pendant et après la chimio. Existence d’une solution filmogène hydrophile, riche en silicium et lithium, qui protège et traite les ongles des mains et des pieds.

Elle contient un filtre UVA/UVB et a l’avantage d’être neutre (utilisation pour les messieurs). A utiliser en préventif dès le début, pendant et après le traitement.

Les recommandations pour prévenir ou traiter les troubles de l’ongle

• Le port de gants doublés en coton (type Mapa)

• Le port de gants en saison hivernale (protection du froid)

• Le port des gants et des chaussettes réfrigérés (et fournis par l’hôpital) sauf dans le cas de la maladie de Raynaud ou de métastase distale

• Renouveler l’application de la base transparente et du vernis dès que celui-ci est écaillé

• En cas d’endommagement important de l’ongle le jour de la chimiothérapie, il est souhaitable de ne pas appliquer le vernis à ongles afin de prendre conseils auprès du médecin ou de la socio-esthéticienne

• Privilégier les produits à base d’urée (pour lutter contre le dessèchement et l’épaississement de l’ongle) et de silice (renforce et protège l’ongle)

• Les bases transparentes, les top-coat et les vernis de couleurs foncées opaques riches en silice avec des filtres U.V

• Achat des produits en parapharmacie et pharmacie

• Application d’un top-coat favorise la longévité du vernis à ongle

•Un passage transcutané a été observé lors de l’utilisation de vernis cellulosiques et contenant des colorants sur les ongles altérés consécutifs à certains traitements de chimiothérapie (ASCO 2012).

Les contre indications et précautions

• Les chaussettes serrées ou les chaussures étroites

• Les talons trop hauts (afin que les ongles ne butent pas au bout de la chaussure)

• Les lotions exfoliantes ainsi que les crèmes pour les mains contenant de l’acide glycolique, lactique qui fragilisent les ongles

• Les vernis pailletés ou nacrés (allergisants et attirent la lumière) ils adhérent plus à l’ongle donc sont plus difficiles à retirer

• Les vernis dans les solderies, sur le marché et/ou dans les magasins discount

• Les vernis contenant de la colophane, du toluène, du formol ou des parabens

• Les vernis durcisseurs pendant le TTT

• La pose de faux ongles, en gel ou en résine qui deviendrait un nid de bactéries provoquant des infections

• L’utilisation du polissoir

• Ne pas se ronger les ongles, les peaux et les cuticules

• Limiter le contact avec l’eau

• Limiter le contact direct avec les produits agressifs et détergents

La pilosité

Les produits de chimiothérapie s’attaquent au bulbe des poils, provoquant ainsi une altération du système pileux (cheveux, poils, duvet).

La radiothérapie provoque une atteinte du bulbe du poil de la zone traitée.

LA PERTE

• Chute de l’ensemble des poils et du duvet du visage et du corps

• La Socio-Esthéticienne intervient principalement sur la pilosité du visage. Concernant la perte des cheveux, s’adresser à un prothésiste capillaire professionnel.

LA REPOUSSE

• Poils et duvet repoussent en même temps, sensation de pilosité plus importante observée chez les patients à la repousse du poil. Après la 1 ère repousse, le système pileux se régule.

• Cils et sourcils : souvent repousse anarchique, drue, clairsemée, avec une modification de la texture (mous ou raides) qui peut durer plusieurs mois avant de reprendre son aspect initial.

La teinture des cils et sourcils n’est envisageable que 6 mois après la dernière chimiothérapie, de préférence par une Socio-Esthéticienne ou une professionnelle diplômée en esthétique.

Les contre-indications

• Ne pas appliquer de faux cils complets ou partiels

• Éviter de maquiller l’intérieur de l’œil

• Épilation en fonction du traitement et de la zone à épiler :

– Éviter le rasoir et la crème dépilatoire (si elle n’est pas achetée en pharmacie/parapharmacie car risque d’allergie) car fortifient le poil et accentuent la repousse. A définir au cas par cas avec la SE

– Éviter l’épilation semi définitive par lumière pulsée, laser et autres

• Le recourbe cils est à proscrire car il fragilise et/ou casse les nouveaux poils

Les cas particuliers

HYPERTRICHOSE

– Pousse excessive de poils sur le visage

Conseil : Épilation du visage à la cire adaptée par une socio esthéticienne, en cas de retentissement esthétique et/ou psychologique

 

TRICHOMEGALIE

– Pousse anarchique des cils sous forme d’amas

– Cils invaginés ou recourbés vers la conjonctive

Conseil : Couper les cils et sourcils en cas de gêne oculaire. Ne pas épiler ou arracher les cils

La dermographie médicale

PRESENTATION:

• Réalisée par une dermographe médicale professionnelle

• Avant ou pendant les TTT (de préférence avant la perte totale des sourcils)

• Durée de la séance : 30 min

• Imitation poils à poils, retouche possible

• Différentes couleurs proposées grâce aux pigments minéraux (NE)

• Durée de 6 mois à 2 ans

• Non payant pour le patient dans certains centres

• Remboursement de la sécurité sociale à hauteur de 125 euros par an ( dans certains centre en convention, pour le tatouage des aréoles mammaires), ces deux dernières informations sont à vérifier auprès du centre.

 

CONSEILS POST DERMOGRAPHIE :

• Ne pas laver, ni gratter la zone tatouée la semaine suivant la dermographie

• Hydratation intense

• Éviter le soleil

Les soins du cheveu et du cuir chevelu

Les produits de chimiothérapie s’attaquent au bulbe des poils, provoquant ainsi une altération du système pileux (cheveux, poils, duvet). La radiothérapie provoque une atteinte du bulbe du poil de la zone traitée.

LES SYMPTÔMES LES PLUS FRÉQUENTS AVANT LA CHUTE DES CHEVEUX

– Démangeaisons et/ou picotements du cuir chevelu

– Cuir chevelu sensible

– Douleurs du cuir chevelu

– Cheveux affaiblis, mous

DÉBUT DE LA CHUTE DES CHEVEUX

– Commence en général 2 à 3 semaines après la 1 ère séance de TTT

LA REPOUSSE

– Commence de 3 semaines à 3 mois après la dernière séance de TTT (peut être plus tardive), demander l’avis du dermatologue si besoin.

– Le cheveu reprend ensuite une repousse normale d’1 cm par mois environ

– Repousse anarchique, drue, clairsemée avec modification de la texture et parfois de la couleur (cheveux ressemblant aux cheveux bébé, texture duvet, cheveux affaiblis, mous, raides, frisés…)

Les conseils pour le cuir chevelu et les cheveux

conseilscuirchevelu

 

Les accessoires

Afin d’améliorer l’image de soi et le confort physique et psychologique, il existe différents accessoires recommandés par des professionnels prothésistes capillaires tel que :

• Prothèse capillaire (remboursement sur ordonnance médicale sur la base d’un forfait 125€ CPAM + Mutuelle + service social de l’établissement sous conditions)

• Complément capillaire ou couronne capillaire (prothèse capillaire partielle)

• Turban, foulard (de préférence en coton, fibre de bambou ou lin, prise en charge possible par certaines mutuelles si inscription sur l’ordonnance « prothèse capillaire et accessoires »)

• Chapeau, bonnet, casquette, béret

• Bijoux : boucles d’oreille, collier,…

 

Les contre indications

• Ne pas utiliser de shampooing pour bébé

• Éviter la chaleur (sèche-cheveux, eau trop chaude, …)

• Ne pas faire de couleur, ni décoloration, ni mèche, ni permanente, ni défrisage

• Cesser le port du casque en cas d’absence de cheveux ou clairsement intense (risque de brûlure ou altérations de la repousse des cheveux) consulter avis médical

Le maquillage

Le maquillage correcteur en oncologie

C’est un procédé permettant de réhabiliter son image, par la remise en valeur du visage, parfois du corps, tout en respectant la fragilité cutanée pendant et après des traitements lourds

Il doit répondre à une charte bien définie

Doit être réalisé avec des produits de dermo-cosmétiques de préférence, respectant la fragilité cutanée, parfois son intolérance, et favoriser le confort Les techniques utilisées doivent être simples, efficaces et encourager l’auto-maquillage

Ces techniques doivent reposer sur des astuces et des conseils adaptés aux effets secondaires de la chimiothérapie, radiothérapie et interventions chirurgicales

Le maquillage correcteur a pour seule vocation d’aider la patiente à surmonter l’altération de son image et de son estime de soi.

Il se doit de respecter la personnalité de la patiente, doit s’adapter aux besoins de celle-ci et solliciter l’envie et l’optimisme

 

Objectifs majeurs pratiques du maquillage correcteur

Pendant les traitements de chimiothérapie et radiothérapie :

• Teint terne : booster l’éclat du teint, effet anti-grise mine

• Cernes : illuminer le regard, estomper les marques de fatigue

• Perte des sourcils : restructurer le regard, redéfinir les lignes idéales du sourcil pour l’esquisser

• Perte des cils : restaurer la profondeur du regard en contour des yeux en l’absence ou présence rare des cils

Qualités requises des produits de maquillage correcteurs en dermo-cosmétique

Faire partie d’une catégorie de produits cosmétiques spécifiques bénéficiant d’une recherche dermatologique approfondie. Répondre aux besoins des peaux sensibles, réactives.

Cahier des charges strict :

• Hypoallergéniques (sans parfum, sans alcool)

• Sans conservateurs susceptibles d’entraîner des allergies

• Sans paraben

• Contrôlés en nickel

• Hyper pigmentés (+ de 30 % de pigments)

• Couvrants sans être comédogènes

Ils ne se trouvent qu’en parapharmacie ou en pharmacie, ils peuvent être prescrits en complément de traitements dermatologiques.

Les produits de maquillage correcteurs dermo-cosmétiques peuvent être issus du thermalisme ou de laboratoires pharmaceutiques/dermatologiques

A éviter : les produits de grande surface, peuvent contenir plus de parfum, d’alcool ou de produits dérivés du pétrole.

L’éclat du teint / fond de teint

Les produits pour le teint ont pour but :

• Unifier la couleur de la peau et permettre d’estomper les imperfections cutanées : fonds de teint

• Neutraliser les problèmes de pigmentation grâce à la couleur : les correcteurs de couleur

Si l’on veut se dispenser d’un fond de teint, privilégier un léger poudrage. C’est lui qui va gérer la tenue du maquillage et faciliter l’application de poudre de soleil et/ou blush

fonddeteint

Les correcteurs de teint

Comment les choisir :

Ils se présentent sous forme de pinceaux ou de sticks. Ils se choisissent de la même couleur que la peau, ton sur ton. Tester sur l’ovale du visage à mi-chemin entre le décolleté et le haut du visage ce qui permet une vision plus juste de la couleur idéale. En cas de doute préférer la couleur la plus claire, elle favorisera l’éclat du teint.

Mode d’application :

• Au doigt : à éviter si la peau est sensible à cause de la chaleur des doigts (hyperhémie).

• A l’éponge souple : si sensibilité, prenez une éponge en latex (parapharmacie). Pour une correction légère du teint : Appliquer par petites touches de fond de teint au centre du visage puis :

• bas du front

• nez et ailes du nez

• sur les paupières au ras des cils supérieurs et inférieurs

Estomper vers l’extérieur du visage.

Pour une correction plus soutenue : Appliquer le fond de teint de préférence du bas vers le haut, de l’intérieur du visage vers l’extérieur, à l’éponge humide ou aux doigts, en lissage puis tapotement sur les zones à corriger.

teintureconisel

Les poudres

Les poudres permettent d’enlever la brillance de la peau et fixent le maquillage. Préférer des poudres minérales, naturelles et non desséchantes.

La poudre libre :

Il est important de respecter la couleur de fond de teint. S’applique avec un gros pinceau pour un poudrage aéré (peaux normales à sèches) ou à la houppette de velours pour un poudrage plus serré (peaux mixtes à grasses).

La poudre compact :

Elle a un rôle identique à la poudre libre et présente un aspect pratique supplémentaire qui permet les retouches en journée.

Poudre bronzante / terre de soleil :

Elle apporte un léger hâle doré pour pallier le manque de soleil. Elle se choisit en fonction de la clarté de la peau, légèrement plus doré que le teint. S’applique aux pinceaux en mouvements circulaires, en léger balayage sur les zones de volume telles que le front, le nez, le menton et les joues.

Le Blush ou bonne mine

Le blush sert à donner du caractère au maquillage, structure le visage et donne une bonne mine naturelle. Il se choisit en fonction de sa peau et de sa teinte et non coordonné à un vêtement ou à un accessoire:

• Bois de rose pour les teints clairs

• Saumoné ou abricoté pour les peaux hâlées.

ATTENTION : mal choisi, mal posé ou trop chargé, l’effet sera gâché.

Technique d’application :

• Le blush crème : au doigt à même la peau ou sur un fond de teint, idéal pour les peaux sèches.

• Le blush poudre : au gros pinceau normal ou biseauté, idéal pour les peaux normales ou grasses

Conseillé :

• Pour affiner le visage, mettre le blush sous l’os de la pommette

• Pour donner du relief et booster un teint fatigué et des traits tirés, le placer sur la rondeur de la pommette et non dans le creux de joue puis le fondre vers l’oreille

A éviter : 

• L’effet bonne mine sur un teint qui rougit facilement

• Les blushs placés trop haut près de l’œil qui viennent marquer les rides

• Les blushs irisés sur une peau ridée

Les sourcils

La restructuration des sourcils permet de redéfinir le regard et de réduire la proéminence de l’arcade

Le crayon à sourcils

Le crayon à sourcils doit être un crayon spécifique à sourcils, semi gras de la couleur adaptée.

Choisir sa couleur en fonction de sa couleur de cheveux :

• Cheveux noirs à bruns => crayon gris anthracite

• Cheveux châtains foncés à blonds foncés => crayon gris taupe

• Cheveux blonds cendrés à dorés => crayon blond beige = kaki

• Cheveux roux à blonds vénitiens => crayon châtaigne

Conseils

• Ne pas chercher à tracer une ligne nette et trop structurée qui stigmatiserait davantage l’absence de poils

• Veiller à faire évoluer le tracé des sourcils en même temps pour éviter les asymétries

Trouver sa ligne de sourcils

Pour recréer des sourcils inexistants : repèrer les trois points suivants selon cette méthode.

Positionner un crayon ou un pinceau le long de :

1. La base de la narine et du coin interne de l’œil : définit la tête du sourcil.

2. La base de la narine et de la pupille : définit le point de hauteur.

3. La base de la narine et du coin externe de l’œil : définit la pointe du sourcil.

Puis rejoindre les trois points par petits traits (effet naturel de poil à poil).

Passer une brosse goupillon pour estomper le tracé. Pour un sourcil avec une ligne apparente : combler le manque avec un crayon à sourcil de la même couleur que ce dernier, pour l’allonger ou l’épaissir.

Illuminer ses yeux

Le maquillage des yeux permet de les allonger afin de remédier au regard trop arrondi dû à la perte des cils et sourcils. La couleur permet de mettre en valeur et d’intensifier la couleur initiale de l’iris.

Sous quelle forme ou texture les trouve-t-on ?

Ce sont :

• Les fards à paupières : en poudre (irisés ou mats) ou fards gras

• Les crayons mines, les crayons khôl pour paupières ou sourcils

• Les eye-liners application pinceau embout mousse etc… pour paupières

• Les mascaras pour les cils

Comment les choisit-on ?

Ils se choisissent en fonction de la couleur des yeux et/ou de la tenue vestimentaire, ou bien encore d’un accessoire comme un foulard.

Les fards à paupières : en poudre (irisés ou mats) ou fards gras

• Une couleur claire (ex : beige, rosé, abricoté) illumine la paupière.

• Une couleur moyenne (ex : kaki, prune, mauve, gris…) donne le coordonné du maquillage.

• Une couleur foncée (ex : brun, noir, bleu marine, gris anthracite) donne la profondeur.

Les yeux bleus : le gris, le bleu marine ou les bruns chauds accentueront la couleur de l’iris de l’œil, le noir, la pupille

Les yeux marrons : Le noir, le gris anthracite, les bruns rosés ou abricotés, le bleu marine, les prunes éclairciront l’iris

Les yeux verts : les rosés, les mauves ou les verts accentueront l’éclat du vert

 

illuminersesyeux

Comment procéder au maquillage des yeux ?

• Sur les deux paupières mobiles et arcades sourcilières => fard clair, beige, blanc, saumon

• Pour le ras des cils supérieurs et inférieurs, sur le 1/3 extérieur de la paupière, crayonner au ras des cils

• Sur le 1/3 extérieur de la paupière mobile et le crayon, poser un fard de couleur identique à la couleur du crayon, de l’extérieur vers l’intérieur

• Fondre le fard vers les cils => veloute l’œil

• Sur le 1/3 extérieur de ras de cils inférieur, procéder de la même façon que ci-dessus. Accentuer le ras des cils pour donner de la profondeur au regard au crayon ou eye-liner (voir technique)

• Mascara

Conseils :

• Si l’œil est tombant, commencer toujours par travailler le ras de cils inférieur qui est une ligne montante puis rejoindre le ras de cils supérieur. Cela permet d’étirer un œil et de le remonter

• Pour un maquillage léger, mettre un trait d’eye-liner sur la paupière au ras des cils supérieurs et inférieurs en procédant de l’intérieur vers l‘extérieur, puis un mascara sur tous les cils. Ce maquillage permet de mettre un rouge à lèvre de couleur plus soutenue

• Mettre des couleurs claires pour des petits yeux, des couleurs accentuées pour les grands yeux

• Ne jamais surcharger le dessous de l’œil, même en cas de cernes prononcés car cela fini par accuser la fatigue et les ridules

Les lèvres

A quoi sert le maquillage des lèvres ? A valoriser les lèvres, permettre de mettre l‘accent sur la bouche lorsque les yeux sont plus difficiles à maquiller.

levresmiseenlvaleur

Conseil :

– Si le maquillage des yeux est imposant, privilégier le maquillage des lèvres discret

– En cas de sécheresse accrue des lèvres, préférer des rouges à lèvres onctueux et colorés

– En cas de rides et ridules en contour de bouche, ne pas utiliser de gloss

– Privilégier des teintes claires et lumineuses pour booster son éclat

CONCLUSION

• Intégration dans les soins de support et dans l’équipe pluridisciplinaire.

• Professionnels spécifiquement formés à une connaissance de l’esthétique et des pathologies traitées.

• Développer l’information du métier de Socio-Esthéticienne.

• Reconnaissance du métier de Socio-Esthéticienne (La pratique par des esthéticiennes non socio‐esthéticiennes ou par des soignants avec une double casquette est dommageable).

• Respecter le cadre de sa fonction.

• Accompagnement bénéfique pour le patient tant dans sa relation d’aide non médicalisée que par ses soins prodigués.

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos