Fièvre – Prise en charge dans les 24 premières heures d’un patient atteint de cancer

    #Urgence en cancérologie

Dernière mise à jour : 12/12/2014


Les patients atteints de cancer sont particulièrement fragiles du fait de leur maladie cancéreuse et des traitements qui leur sont délivrés.

Sous la thématique « Urgences chez le patient atteint de cancer » sont regroupées des situations cliniques présentant un risque vital ou des séquelles si des mesures thérapeutiques ne sont pas mises en œuvre rapidement.

 

Ce référentiel s’adresse aux médecins généralistes et aux équipes médicales des services d’urgence. Les directives anticipées des patients doivent être prises en compte lors de la prise en charge du patient.

Face à une fièvre survenant au décours d’une chimiothérapie anticancéreuse, l’étiologie immuno-allergologique ne doit être évoquée qu’après avoir écarté une cause infectieuse.

Les réactions d’hypersensibilité au décours d’une chimiothérapie sont rares. Elles sont le plus souvent de types immédiat et plus rarement retardé.

 

Explorer les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordination

Nadine MEYER (Médecin Généraliste, Lyon), Vincent GAUTIER (Urgentiste, Pringy)

Membres du groupe de travail Vincent GAUTIER (Urgentiste, Pringy), Sandrine GOUTIER (Infectiologue, Grenoble), Hélène LABROSSE-CANAT( Chef de Projet, Lyon), Nadine MEYER (Médecin Généraliste, Lyon), Olivier MOCQ (Oncologue, Plateau d’Assy).

Relecteurs

Stéphanie BERNARD (Cadre de santé, Lyon), Dominique CHIRPAZ-CERBAT Anesthésiste, Pringy), Pascale CONY-MAKHOUL (Hématologue, Pringy), Gary DAVID (Infectiologue, Villefranche Sur Saône), Chantal DECROISETTE (Pneumologue, Pringy), Emmanuelle DOUKHAN (IDE, Roanne), Hervé FAVORITTI (Médecin Généraliste, Caluire et Cuire), Jérôme FAYETTE (Oncologue, Lyon), Nathalie FERRAND (IDE Coordination, Grenoble), Cécile FOURNEL-FEDERICO ( Oncologue, Lyon), Laurence LARIGAUDERIE (IDE, Orléans), Mikael MARTINEZ (Urgentiste, Montbrison), François PARPAIX (Médecin Généraliste, Publier), Jocelyne PROVENCAL (Oncologue, Chambéry), Pierre-Jean SOUQUET (Pneumologue, Pierre Bénite), Sabine WALTER (Oncologue, Draguignan).

Contributeurs (participants aux ateliers des J2R du 11 décembre 2014)

Laurence AZAIS (IDE, Toulouse); Joy BACRIE (médecin généraliste, Toulouse); Valérie BELLIER ( IDE, Saint Marcellin); Denis BERTOLI (médecin, Champagne sur Sein); David BILLARD (médecin généraliste, Le Chesnay); Patricia BOULOT (médecin généraliste, Trévoux); Audrey ECHE GASS (médecin généraliste, Toulouse); Marie-Line GACHENC (IDE, Blagnac); Elisabeth HAUSSMANN (IDE, Toulon); David KHELIF (oncologue, St Pierre); Virgine LAFAGNE (IDE, Toulouse); Magdeleine LEROUX (IDE, Basse-Terre); Ingrid MABIALA MONEKENE (médecin, Montfermeil); Stéphanie MARQUEZ (IDE, Tarbes); Henri NAHAPETIAN (oncologue, Lyon); Céline PORTRAIT (IDE, Angers); Noélie TRESCARTE (IDE, Blagnac).

Diagnostic positif de la fièvre

Confirmer la fièvre par :

• T° ≥ 38,5°C pendant au moins 1 heure

• T° ≥ 38°C pendant au moins 1 heure ET au moins un pic ≥ 38,5°C

Selon ESMO T

< 36°C : hypothermie considérée comme signe de gravité infectieux

 

– Pas de prise de température rectale: risque d’ulcération rectale, risque infectieux

– Se méfier des températures normales en cas de prise d’AINS, antipyrétiques, corticoïdes

Annexes

Annexe 1 : Bilan fièvre 1ère intention patient

Annexe 2 : Allergie au décours d’une chimiothérapie

Consulter les annexes complètes dans le document PDF

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos