Réhabilitation respiratoire en oncologie thoracique

    #Gestion transversale des symptômes et complications

Dernière mise à jour : 16/12/2016


Pourquoi un référentiel « Réhabilitation respiratoire en cancérologie » ?

Les soins oncologiques de support

Traduit de l’anglais « supportive care », le terme « soins de support » désigne « l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades, parallèlement aux traitements spécifiques, lorsqu’il y en a, tout au long des maladies graves

Les Soins de Suite et de Réadaptation (SSR)

L’activité de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) a pour objet de prévenir ou de réduire les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologiques ou sociales des déficiences et des limitations de capacité des patients et de promouvoir leur réadaptation et leur réinsertion.

La réhabilitation respiratoire

Selon la Société de Pneumologie de Langue Française

La réhabilitation respiratoire est un ensemble de soins personnalisés, dispensés au patient atteint d’une maladie respiratoire chronique, par une équipe transdisciplinaire. Elle a pour objectif de réduire les symptômes, d’optimiser les conditions physiques et psychosociales, de diminuer les coûts de la santé.

Selon l’American Thoracic Society / European Respiratory Society

C’est une Intervention globale et individualisée, reposant sur une évaluation approfondie du patient, incluant, sans y être limitée, le ré entraînement à l’effort, l’éducation, les changements de comportement visant à améliorer la santé globale, physique et psychologique des personnes atteintes de maladie respiratoire chronique et à promouvoir leur adhésion à long terme à des comportements adaptés à leur état de santé.» (American Thoracic Society / European Respiratory Society, 2013).

 

 

Explorer les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordination

Daniel Veale, Pneumologue, Centre de Réadaptation Cardio-Respiratoire- Dieulefit Santé

Paul Calmels, MPR, CHU Saint Etienne

Coordination méthodologique

Madjid Brunet, Réseau Espace Santé Cancer / Rhône-Alpes, Lyon

Membres du groupe de travail

François Arbib, CHU de Grenoble; Matthieu BREMOND, L’Espace du Souffle, Tours; Hervé Deroubaix, kinésithérapeute,  Centre Oscar Lambret, Lille; Gabrielle Drevet, chirurgien thoracique, CHU de Lyon; Marie-Julie Francon, MPR, CH Le Chambon Feugerolles; Frédéric Herengt, pneumologue, Centre de Réadaptation Cardio-Respiratoire- Dieulefit Santé; Audrey Inguanta, masseur-kinésithérapeute, Centre Léon Bérard, Lyon; Bénédicte Etienne-Mastroianni, Pneumo-oncologue, Hospices Civils de Lyon; Julien Pernot, CH Métropole de Savoie; Michel Riquoir, kinésithérapeute, MSP de Douai; Caroline Rivera, chirurgien thoracique, centre hospitalier de Bayonne; Pascale Romestaing, radiothérapeute, HP Jean Mermoz, Lyon; Linda Sakhri, pneumologue-oncologue thoracique, Institut Daniel Hollard-GHM de Grenoble; Patrice Schumacker, MPR, Centre de Rééducation Fonctionnelle L’Espoir, Hellemmes.

Relecteurs

Nicolas Beziaud, Médecin SSR Oncologie ORL et thoracique, CM Rocheplane, St Martin D’hyeres; Mathieu Bosset, Oncologue-Radiotherapeute, Centre Marie Curie, Valence, Zoher Merad-Boudia, oncologue, CH de Vienne; Lyon; Dr Fabrice CARON, Pneumologue CHU Poitiers; Thibaut Charreyre, kinésithérapeute, CM Rocheplane, St Martin D’hyeres; Clement-Duchene Christelle, Institut de cancérologie de Lorraine, Nancy; Chantal Decroisette, Pneumologue, Centre Hospitalier Annecy Genevois; Fadila Farsi, oncologue, Réseau Espace santé Cancer/Rhône-Alpes, Lyon; Margot Gounaud, kinésithérapeute, CM Rocheplane, St Martin D’hyeres; François Steenhouwer, pneumo oncologue,  Centre hospitalier de Roubaix; Sandrine Stelianides, Pneumologue,

Contributeurs (participants aux ateliers des J2R du 15/12/2016)

Madjid Brunet, méthodologiste, Réseau Espace, Lyon; Marion Cofais, INCa, Paris; Baptiste Claudon, médecin MPR, Inst. Régional de Réadaptation, Nancy, Frédérique Devanlay, médecin, CH de Troyes; Fadila Farsi Médecin, directeur du Réseau Espace, Lyon; Cécile Frenay, médecin MPR, Inst. Régional de Réadaptation, Nancy; Pascal Hebert,CHPG, Monaco; Marie-Pierre Jusot, Masseur Kinésithérapeute, Besançon; Nathalie Nourry, Maitre de Conférences, Strasbourg; Mélanie Tisserant; Daniel Veale, Pneumologue, C. de Réadaptation Cardio-Respiratoire- Dieulefit.

Objectif du référentiel : «  Réhabilitation respiratoire en cancérologie »?

La rencontre (plan individuel)

  • Sensibiliser / informer tous les soignants qui prennent en charge des malades porteurs d’un cancer thoracique.
  • Mettre à la disposition des soignants un outil simple permettant de repérer et de distinguer les problématiques et les possibilités afin d’en anticiper les moyens de prise en charge et d’en élaborer un projet de réhabilitation.
  • Partager une sémantique commune

 

Le parcours de la personne malade (organisation en équipe et transdisciplinaire)

  • Intégrer cette problématique dans la prise en charge et le parcours personnalisé de soins (PPS)
  • Organiser la prévention et/ou la prise en charge

A qui s’adresse ce référentiel ?

  • Médecins et tous soignants impliqués dans la prise en charge des patients atteints d’un cancer
  • A titre d’information, les patients

Voir aussi référentiel AFSOS : Indications de la Rééducation en Cancérologie

Les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) : Facteurs de risque, stades, pronostics et prise en charge

  • Les facteurs de risque du cancer bronchique sont multiples :
  • Tabac responsable de 75 à 90% des cas de cancers bronchiques
  • Exposition environnementale
  • Exposition professionnelle
  • Les stades
  • Les stades précoces (I et II) : représentent 15 à 30 %

Le traitement consiste en une chirurgie voire radiothérapie pour les patients inopérables

Pronostic à 5 ans : 50-75% (stades I); 40 à 55% (stades II)

  • Les stades localement avancés (III) : représentent 20%

L’association radio-chimiothérapie représente le traitement standard

Pronostic à 5 ans de 23,7 %

  • Les stades métastatiques (IV) : représentent 40 % à 55 %

Les traitements proposés seront les thérapies ciblées, ou chimiothérapies et soins de support

Pronostic à 5 ans de 3,8 %

Annexe 6 « Epidémiologie » ;page 35

Cancers et retentissement respiratoire

Retentissement respiratoire induit par les thérapeutiques

  • Chirurgie: lobectomie, pneumonectomie
  • Radiothérapie: complications à type de pneumopathie post-radique
  • Chimiothérapies/Immunothérapies: complications à type de pneumopathie interstitielle

Retentissement respiratoire induit par la maladie néoplasique

  • Pleurésie uni ou bilatérale
  • Lymphangite carcinomateuse
  • Rétraction thoracique (mésothéliomes+++)
  • Atélectasie par compression extrinsèque ou intrinsèque
  • Paralysie phrénique

Retentissement respiratoire d’origine infectieuse dans un contexte d’immuno-dépression induite par les thérapeutiques

Des cancers non thoraciques peuvent avoir un retentissement respiratoire (Cancers digestifs, urinaires, gynécologiques)

Indications de la réhabilitation respiratoire (RR)

Chirurgie thoracique

  • Réhabilitation pré opératoire (kinésithérapie intensive, nutrition)
  • Réhabilitation post opératoire

Oncologie thoracique

  • Réadaptation/réhabilitation post opératoire
  • Soins d’aval si maintien à domicile impossible
  • Soins palliatifs et/ou de fin de vie
  • Surveillance et réadaptation pendant la chimiothérapie

Objectifs de de la réhabilitation respiratoire

En préopératoire

  • Améliorer les paramètres fonctionnels respiratoires : tolérance à l’effort, VO2max
  • Diminuer le thoraco-score
  • Diminuer les complications post opératoires
  • Diminuer la mortalité post opératoire
  • Diminuer la durée d’hospitalisation
  • Améliorer la compliance à la réhabilitation post opératoire
  • Impact bénéfique sur le confort physique et psychique du patient
  • Effets bénéfiques sur la forme physique et la qualité de vie

En post opératoire

Bénéfices potentiels :

  • Améliorer la tolérance à l’effort (test de marche de 6 minutes)
  • Améliorer la capacité vitale
  • Améliorer le score de dyspnée BORG
  • Diminuer le temps d’intubation en réanimation
  • Diminuer les complications post opératoires (réduction des incidences des épanchements pleuraux, de la survenue des FA/Flutter, des pneumonies, des atélectasies)
  • Réduire la durée d’hospitalisation

Lors de cures de chimiothérapie /séances de radiothérapie

Bénéfices potentiels :

  • Diminuer le handicap lié à la sédentarité
  • Impact positif sur la tolérance à l’effort,

Impact positif sur l’anxiété, les troubles du sommeil, la douleur et l’image corporelle.

Le trépied de la réhabilitation

 

Le trépied de la réhabilitation respiratoire consiste en une prise en charge multidisciplinaire comportant au minimum le réentraînement à l’effort, l’éducation thérapeutique et l’accompagnement psychosocial.

Les attentes vis-à-vis de la réhabilitation

Le patient et sa famille :

  • Retrouver une autonomie
  • Améliorer la qualité de vie
  • Rompre l’isolement psychosocial
  • Permettre un répit familial
  • Atténuer l’anxiété

 

Médecin / chirurgien : 

  • Réduire le risque post-opératoire
  • Améliorer les suites
  • Réduire la durée d’hospitalisation
  • Combattre le déconditionnement
  • Améliorer la tolérance du traitement anticancéreux

Le rééducateur : 

  • Remotiver le patient
  • Maintenir les acquis après la fin du programme
  • Rendre le patient acteur dans la gestion de la maladie chronique
  • Donner au patient une connaissance de ses traitements
  • Réaliser le sevrage tabagique

Le programme personnalisé de réhabilitation respiratoire

Principes généraux : 

  • En préopératoire : idéalement la réhabilitation respiratoire doit débuter 2 à 4 semaines avant l’intervention chirurgicale
  • En post opératoire : la réhabilitation respiratoire doit se poursuivre en collaboration avec l’oncologue pour coordonner la prise en charge.
  • En situation métastatique : prise en charge symptomatique en fonction de l’état général du patient, et de ses capacités fonctionnelles. Le cas échéant, soins palliatifs.
  • Patients non métastatiques et non opérables : thérapeutique adaptée

Importance de la communication

Importance d’une prise en charge coordonnée avec les services de l’amont

Possibilité de prise en charge ambulatoire ou en hospitalisation. A adapter en fonction de la situation du patient.

Si la situation du patient le permet, privilégier la prise en charge ambulatoire : permet une démarrage du programme le plus en amont (pendant le parcours diagnostique et d’évaluation).

Critères patients pour la mise en route du programme personnalisé : 

Patients : le programme a un intérêt pour le patient  BPCO à partir du stade 2 de GOLD chez qui un projet de  résection pulmonaire pour cancer du poumon est envisagé.

Pour tous les patients une mise en route très précoce d’un programme de renforcement des muscles respiratoires en complément des mesures de sevrage tabagique, de prise en charge nutritionnelle, et d’optimisation du traitement bronchodilatateur.

+/- un renforcement musculaire global par cyclo-ergomètre : en l’absence de contre indication à l’épreuve d’effort cardio-pulmonaire et en fonction du type de résection pulmonaire envisagée à domicile ou dans le cabinet de kinésithérapie.

 

La coordination du parcours

Importance de la communication 

La réhabilitation conditionne les conditions de vie post-thérapeutique et exige une prise en charge pluridisciplinaire, autant que possible coordonnée compte tenu des diverses phases et réponses évolutives aux thérapeutiques, des divers lieux de possibles prestations de soins et de la diversité des intervenants

Importance d’identifier les acteurs 

Médecins / chirurgiens, médecin traitant, services de soins à domicile et paramédicaux intervenants libéraux, service de SSR, …

Importance de transmettre les informations 

Cliniques, paracliniques et données d’exploration pour une réhabilitation personnalisée effectuée par tous les acteurs

Intérêt de formaliser un partenariat 

  • Parcours et/ou filière de soins – identification d’acteurs ou de structures – SSR respiratoire – HAD et kinésithérapeute libéral
  • Anticipation et formalisation du parcours personnalisé dès l’annonce de la stratégie thérapeutique
  • Choix et indications de la Réhabilitation lors de la RCP et implication du médecin SSR
  • Choix d’aval : hospitalisation complète ou de jour

Outils  d’organisation et d’information – anticipation : ViaTrajectoire SSR ou HAD / Fiche de liaison spécifique

Offre de Soins de Réhabilitation Respiratoire

Selon les situations, les Soins de Suite et de Réadaptation peuvent être réalisés en hospitalisation complète ou en ambulatoire 

Hospitalisation :

SSR et service hospitalier de réhabilitation.

Ambulatoire :

En Hospitalisation de jour : SSR ou Réseaux / Association

En Cabinet de ville : chez les kinésithérapeutes (spécialisés) appartenant à des réseaux de soins et répondant à la charte de bonne pratique (ex Carte Alvéole).

Au domicile du patient : organisée par des réseaux de soins en partenariat avec des kinésithérapeutes spécialisés. (Groupe Alvéole : http://splf.fr/groupes-de-travail/groupe-alveole/)

Annexe 5  «Charte du kinésithérapeute participant à la réhabilitation du patient BPCO»; page 34

Prérequis et bilan avant la réhabilitation respiratoire

Le bilan initial recommandé :

  • Exploration fonctionnelle respiratoire initiale (EFR- DLCO- Gazométrie)
  • Evaluation de la tolérance à l’effort (épreuve d’effort /estimation de la VO2 max)
  • Avis du cardiologue si nécessaire
  • Evaluation nutritionnelle (carnet alimentaire)
  • Echelle de qualité de vie

Une évaluation des paramètres cardio respiratoires est recommandée au terme du programme de réhabilitation respiratoire afin d’apprécier son efficacité.

Discussion en réunion pluridisciplinaire interne. 

Moyens mis en œuvre

Exercice physique : kinésithérapie respiratoire

  • Travail respiratoire
  • Exercices de respiration ou de spirométrie
  • Exercices de désencombrement bronchique
  • Exercices de ventilation afin d’entretenir voire améliorer les ampliations thoraciques
  • Exercices d’entrainement des muscles inspiratoires
  • Apprentissage de la toux dirigée
  • Initiation à la l’aérosolthérapie
  • Ventilation non invasive, orthèses respiratoires
  • Relaxation
  • Techniques de relaxation (Schultz, Jacobson)
  • Travail d’endurance globale
  • Activité physique globale adaptée
  • Exercices d’étirement des muscles de la région dorso scapulo thoracique
  • Exercice physique : rééducation à l’effort et activité physique adaptée
  • Entraînement aérobie pour les membres Inférieurs et / ou supérieurs
  • Stimulation électrique fonctionnelle (muscles abdominaux; quadriceps, etc…)

 

Contenu de la réhabilitation respiratoire

Les programmes de réhabilitation sont très variables mais incluent un entraînement à l’exercice.

Intensité / durée : 12 à 30 séances, 3 fois par semaine

  • Entraînement aérobie.

Topographie 

  • Membres supérieurs et inférieurs. L’entrainement peut porter spécifiquement sur les membres supérieurs dont l’activité est souvent à l’origine d’une dyspnée marquée liée à une augmentation du travail diaphragmatique.
  • Bien qu’il n’y ait pas de preuve de l’efficacité, on peut aussi entraîner les muscles inspiratoires (Lötters, 2002)

Modalités 

  • Combiner puissance et endurance (Ortega, 2002)
  • Avant les exercices, optimiser la fonction respiratoire (bronchodilatateurs)
  • Pendant l’exercice, l’oxygénothérapie peut être utile même s’il n’existe pas de désaturation lors du test initial
  • La stimulation électrique neuromusculaire peut être utilisée chez les malades affaiblis (Vivodtzev, 2006)

La stimulation électrique améliore la puissance musculaire et la capacité d’exercice

Les exercices d’assouplissement n’ont pas démontré leur efficacité

Autres

  • Prise en compte de la nutrition (Steiner, 2003)
  • Education thérapeutique (Scherer, 1998), incluant les techniques de drainage bronchique si nécessaire, visant une modification des comportements
  • Soutien psychologique (prise en compte de l’anxiété et de la dépression) et social (accompagnement) (Devine, 1996) mais le réentraînement a, par lui-même, une action sur les paramètres psycho-sociaux (Guell, 2006)

Sans stratégie d’entretien, les bénéfices diminuent sur 6 à 12 mois ; mais l’organisation de l’entretien optimal n’est pas clairement définie.

Réhabilitation respiratoire en préopératoire

La chirurgie reste l’option thérapeutique permettant le meilleur espoir de guérison mais en intégrant une évaluation préopératoire optimale pour des patients à comorbidités multiples.

Lorsque l’option chirurgicale est envisagée, le statut fonctionnel respiratoire et les performances cardio-pulmonaires à l’effort (consommation maximale en oxygène) sont évalués avec une décision parfois de réhabilitation respiratoire préopératoire.

Annexe 2 et 3 « Algorithmes », pages 31 et 32

Principe

  • Education sur l’arrêt du tabac, Sevrage tabagique, les principes de nutrition et utilisation des bronchodilatateurs
  • Exercices respiratoires
  • Exercices cardiovasculaires

Objectif : Préparer le patient à l’intervention

Stratégies préopératoires : 

  • En théorie, pendant 4 semaines avant l’intervention. En pratique, rarement 4 semaines car délai pour traitement oncologique le plus rapidement possible. Meilleur compromis : 2 à 4 semaines avant l’intervention
  • Sevrage tabagique 8 semaines –
  • Nutrition
  • Traitement optimal des patients (asthme, BPCO) – utilisation des bronchodilatateurs
  • Mise en œuvre de la kinésithérapie respiratoire, techniques de ventilation (VNI), réentraînement à l’effort.
  • Décalage de l’intervention si nécessaire, BPCO et asthmatiques en état instable et prescrire une courte cure de corticoïdes oraux.
  • Décalage de l’intervention si infection respiratoire et traiter si nécessaire par antibiotiques

Réhabilitation respiratoire en postopératoire : Organiser la prise en charge postopératoire

Modalités :

  • Drainage bronchique
  • Mobilité précoce
  • Exercices respiratoires
  • Prise en charge optimale de la douleur
  • Nutrition
  • Poursuite de l’aide au sevrage tabagique
  • phase post-chirurgicale immédiate
  • phase d’aval :
  • soins en SSR respiratoire
  • soins en SSR polyvalent
  • soins à domicile

Stratégies postopératoires :

  • Prescrire une kinésithérapie respiratoire incluant des exercices d’inspiration profonde
  • Encourager une mobilisation aussi précoce que possible
  • Préférer une analgésie locale aux antalgiques de type opiacés par voie générale
  • Veiller à un traitement inhalé optimal chez les patients souffrant de BPCO et asthme
  • Conseils nutritionnels / diététiques

Bibliographie

  1. J.M. Grosbois, C.Olivier, F.Bart, A.Scherpereel. La réhabilitation respiratoire et le cancer bronchopulmonaire; La lettre du pneumologue; Vol XVII-n°6; novembre-décembre 2014; p. 222-234.
  2. Corhay J.-L., Dang Nguyen D., Bury T., Pirnay F., Louis R. Réhabilitation respiratoire dans la bronchopneumopathie chronique obstructive. EMC (Elsevir Masson SAS Paris), Pneumologie, 6-040-L-65, 2011.
  3. Divisi D, Di Francesco C, Di Leonardo G et al. Preoperative pulmonary rehabilitation in patients with lung cancer and COPD. Eur J Cardiothorac Surg 2013;43:293-6.
  4. Jones LW, Peddle CJ, Eves ND et al. Effects of presurgical exercise training on cardiorespiratory fi tness among patients undergoing thoracic surgery for malignant lung lesions. Cancer 2007;110:590-8.
  5. Cesario A, Ferri L, Galetta D et al. Pre-operative pulmonary rehabilitation and surgery for lung cancer. Lung Cancer 2007;57:118-9.
  6. Bobbio A, Chetta A, Ampollini L et al. Preoperative pulmonary rehabilitation in patients undergoing lung resection for non-small cell lung cancer. Eur J Cardiothorac Surg 2008;33:95-8.
  7. Coats V, Maltais F, Simard S et al. Feasibility and effectiveness of a home-based exercise training program before lung resection surgery. Can Respir J 2013;20:e10-16.
  8. Spruit MA, Singh SJ, Garvey C et al. An offi cial American Thoracic Society/European Respiratory Society statement: Key concepts and advances in pulmonary rehabilitation. Am J Respir Crit Care Med 2013;188:e13-e64.
  9. Grosbois JM. Rehabilitation respiratoire en dehors de la BPCO. In : Kemoun G, Pelissier J, eds. Reentrainement a l’effort. Paris : Frison Roche, 1999;73-80.
  10. Cesario A, Ferri L, Galetta D et al. Post-operative respiratory rehabilitation after lung resection for non-small cell lung cancer. Lung Cancer 2007;57:175-80.
  11. Jones LW, Eves ND, Peterson BL et al. Safety and feasibility of aerobic training on cardiopulmonary function and quality of life in postsurgical nonsmall cell lung cancer patients. Cancer 2008;113:3430-9.
  12. Sterzi S, Cesario A, Cusumano G et al. Post-operative rehabilitation for surgically resected non-small cell lung cancer patients: serial pulmonary functional analysis. J Rehabil Med 2013;45:911-5.
  13. ©Les cancers en France, Les Données, INCa, janvier 2014.
  14. Mans et al.: Postoperative outcomes following preoperative inspiratory muscle training in patients undergoing open cardiothoracic or upper abdominal surgery: protocol for a systematic review. Systematic Reviews 2012 1:63.
  15. 15. Stern J.-B. , Girard P.; Suites opératoires en chirurgie thoracique : Simples et compliquées; EMC [6-000-P-45] – Doi : 10.1016/S1155-195X(08)47941-0
  16. 16. F. Lemoigne & al. Stratégies de la réhabilitation respiratoire. Revue des Maladies Respiratoires; Vol 22, N° 5-C3  – novembre 2005; pp. 7111
  17. 17. © Réhabilitation respiratoire. Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires (FGLMR); RESPIR;
  18. 18. F. Vandenbos, É. Fontas, B. Dunais, G. Daideri, D. Pop, C. Perrotin, N. Venissac, J. Mouroux. Intérêt de la réhabilitation respiratoire après résection pulmonaire pour tumeur. Revue des Maladies Respiratoires; Volume 30, numéro 1; pages 56-61 (janvier 2013); Doi : 10.1016/j.rmr.2012.12.002
  1. 19. Kuehr L, Wiskemann J, Abel U, et al. Exercise in patients with non-small cell lung cancer. Med Sci Sports Exerc.2014;46(4):656-63].
  2. Cavalheri V, Tahirah F, Nonoyama M. Exercise training for people following lung resection for non-small cell lung cancer : a Cochrane systematic review. Cancer Treat Rev.2014;40(4):585-94.
    21. Granger CL, McDonald CF, et al. Exercise intervention to improve exercise capacity and health related quality of life for patients with Non-small cell lung cancer: a systematic review. Lung Cancer.2011;72(2):139-53.].
    22. Jones LW, Hornsby WE, Goetzinger A, et al. Prognostic significance of functional capacity and exercise behavior in patients with metastatic non-small cell lung cancer. Lung Cancer.2012;76(2):248-252
  3. Salakari MR, Surakka T, Nurminen R,. Effects of rehabilitation among patients with advances cancer: a systematic review. Acta Oncol.2015;54(5):618-28
  4. Hwang CL, Yu CJ, Shih JY, et al. Effects of exercise training on exercise capacity in patients with non-small cell lung cancer receiving targeted therapy. Support Care Cancer.2012;20(12):3169-77
  5. M-C. Morgant et al. Eur Respir J 2015 ; 46:1131–1139
  6. CT Bolliger, Perruchoud AP. Functional evaluation of the lung resection candidate. Eur Respir J 1998; 11(1):198-212.
  7. A. Rodriguez-Larrad et al. Perioperative physiotherapy in patients undergoing lung cancer resection. Interactive CardioVascular and Thoracic Surgery 2014 ; 19 : 269–281.
  8. S. Pouwels et al. Preoperative exercise therapy in lung surgery patients: A systematic review. Respiratory Medicine 2015 ; 109:1495-1504
  9. Estimation nationale de l’incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. INVS juillet 2013.
  10. Survie des personnes atteinte de cancer en France métropolitaine 1989-2013. INVS février 2016.
  11. Chesterfield-Thomas G, Goldsmith I. Impact of preoperative pulmonary rehabilitation on the Thoracoscore of patients undergoing lung resection. Interact Cardiovasc Thorac Surg. 2016 Jul
  12. Gao K, Yu PM, Su JH, He CQ, Liu LX, Zhou YB, Pu Q, Che GW. Cardiopulmonary exercise testing screening and pre-operative pulmonary rehabilitation reduce postoperative complications and improve fast-track recovery after lung cancer surgery: A study for 342 cases. Thorac Cancer. 2015 Jul;6(4):443-9
  13. Sebio Garcia R, Yáñez Brage MI, Giménez Moolhuyzen E, Granger CL, Denehy L. Functional and postoperative outcomes after preoperative exercise training in patients with lung cancer: a systematic review and meta-analysis. Interact Cardiovasc Thorac Surg. 2016 Sep;23(3):486-97.
  14. Kim SK, Ahn YH, Yoon JA, Shin MJ, Chang JH, Cho JS, Lee MK, Kim MH, Yun EY, Jeong JH, Shin YB. Efficacy of Systemic Postoperative Pulmonary Rehabilitation After Lung Resection Surgery. Ann Rehabil Med. 2015 Jun;39(3):366-7
  15. Cancer bronchique non à petites cellules / Référentiel national de RCP; Inca, mars 2015.

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos