La Socio esthétique en cancérologie

    #Image corporelle
  • #beauté
  • #soins
  • #esthétique
  • #bien-être
  • #social

Dernière mise à jour : 01/11/2014


Lorsque le terme « S.E » est employé dans ce document, il fait référence aux professionnels en socio-esthétique. Depuis plusieurs années, l’AFSOS soutient le développement de la socio-esthétique, la mise en place d’ateliers métier lors de son congrès et favorise une démarche d’harmonisation des pratiques. L’ensemble des professionnels impliqués en cancérologie est concerné par ce référentiel.

 

Objectifs du référentiel

Ce référentiel a pour objectif de proposer aux professionnels de santé et des différents soins
de support, un guide permettant d’orienter les patients et les proches vers les SocioEsthéticiennes
avec plus de facilité

Il aborde :

  • Le rôle de la S.E hospitalière ;
  • La place des S.E dans les équipes pluridisciplinaires de cancérologie et/ou de soins de support, en établissement ou à domicile ;
  • L’organisation et les méthodes de travail des S.E au sein des équipes ;
  • Les qualifications requises pour exercer le métier de S.E ;
  • Les statuts et mode de fonctionnement ;
  • Les fiches de bonnes pratiques ;

Explorer les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordination

Mme Marlène DEVIN (psycho-socio-esthéticienne, et coiffeuse hospitalière Association ISIS Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins) Mme Cécile GROSJEAN (socio-esthéticienne, Centre Antoine Lacassagne Nice) Mme Carine LARCHET (maquilleuse, Association Aqualibre,Paris)

Membres du groupe de travail

Mme Amélie ALAGNA (socio-esthéticienne, Clinique du Parc Impérial, Nice) Mme Agnès ARQUILLIERE (socio-esthéticienne, Centre Léon Bérard, Lyon) Mme Yveline BARBAULT (coiffeuse, Centre Léon Bérard, Lyon) Mme Emmanuelle BON-GIRAUD (socio-esthéticienne, association SEMEH au Centre Henri Becquerel, Rouen) Mme Véronique DESCLE (esthéticienne, Institut de Cancérologie de Lorraine) Dr Fadila FARSI (médecin coordonnateur, Réseau Espace Santé Cancer Rhône-Alpes- Lyon) Mme Marie GIUDICELLI (IDE, CHU Nice) Mme Marie Christine JOULOT (socio-esthéticienne, CHU Toulouse) Mme Muriel PASCUAL (socio-esthéticienne, Institut Sainte Catherine, Avignon) Mme Patricia SICARD (socio-esthéticienne, CH Niort)

Relecteurs

Mme Florence BARRUEL (psychologue clinicienne, CHI Montfermeil) Dr Benjamin HOCH (oncologue, Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins Pr Ivan KRAKOWSKI (oncologue médical, président de l’AFSOS, Nancy) Dr Michel REICH (psychiatre, Centre Oscar Lambret ,Lille) Mme Susanne STROYBERG (IDE référente ambulatoire chimiothérapie) Dr Eric TESSIER (radiothérapeute Centre Azuréen de Cancérologie, Mougins)

Soutien méthodologique Mme Elise CORTES-CARLU (Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse) Mme Sophie LACCOUREGE (Réseau Régional de Cancérologie ONCOMIP) Dr Paula POGGI (médecin, Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse)

Contributeurs ateliers J2R Lyon

Mme Amélie ALAGNA (socio-esthéticienne, Clinique du Parc Impérial, Nice) Mme Yveline BARBAULT (coiffeuse, Centre Léon Bérard, Lyon) Mme Emmanuelle BON-GIRAUD (socio-esthéticienne, association SEMEH au Centre Henri Becquerel, Rouen) Mme Elisabeth BUSQUET (infirmière en cancérologie, Hôpital privé Jean Mermoz, Lyon) Mr Stéphane CHATEIL (cadre de santé, RR Oncopic, Amiens) Mme Elise CORTES (coordinateur administratif, RRC Oncopaca, Corse) Mme Florence DAVESNE (infirmière en cancérologie, Onco 41, La Chaussée St Victor) Mme Marlène DEVIN (socio-esthéticienne, RR Oncopaca, Mougins) Dr Fadila FARSI (médecin coordonnateur, Réseau Espace Santé Cancer Rhône-Alpes- Lyon) Mme Marie GIUDICELLI (infirmière en cancérologie, CHU Nice) Mme Cécile GROSJEAN(socio-esthéticienne, Centre Antoine Lacassagne, Nice) Pr Ivan KRAKOWSKI (oncologue médical, président de l’AFSOS, Nancy) Mme Carine LARCHET (maquilleuse, Association Aqualibre, Paris) Mme Céline MANOUX (secrétaire, Ligue Contre le Cancer, Limoges) Mme Coralie MICHEL (chargée de projets, RR OncoPL, Nantes) Mr Gilles NALLET (cadre de santé, RR Oncolie, Besançon) Mme Véronique PANEL (socio-esthéticienne, Ousse) Dr Paula POGGI (médecin, Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse) Florence POLI (infirmière, Centre Hospitalier de Chambéry) Mme Samia RHOUNI (assistante, RRC Oncolor, Nancy) Dr Stéphanie TRAGER (oncologue médical, Senlis) Mme Véronique TUAL (cadre de santé, Paris)

Préambule

• Lorsque le terme « S.E » est employé dans ce document, il fait référence aux professionnels en socio-esthétique

• Depuis plusieurs années, l’AFSOS soutient le développement de la socio-esthétique, la mise en place d’ateliers métier lors de son congrès et favorise une démarche d’harmonisation des pratiques

• L’ensemble des professionnels impliqués en cancérologie est concerné par ce référentiel

Objectif référentiel

Ce référentiel a pour objectif de proposer aux professionnels de santé et des différents soins de support, un guide permettant d’orienter les patients et les proches vers les SocioEsthéticiennes avec plus de facilité Il aborde :

• Le rôle de la S.E hospitalière ;

• La place des S.E dans les équipes pluridisciplinaires de cancérologie et/ou de soins de support, en établissement ou à domicile ;

• L’organisation et les méthodes de travail des S.E au sein des équipes ;

• Les qualifications requises pour exercer le métier de S.E ;

• Les statuts et mode de fonctionnement ;

• Les fiches de bonnes pratiques ;

Présentation de la profession socio-esthétique

1964 : apparition de la S.E en France

2003 : mesure 42 du plan Cancer, la S.E fait partie des soins de support

2008 : validation par le Ministère de la Santé de la fiche métier du Ministère de la santé avec reconnaissance de la terminologie Psycho-Socio-Esthétique

 

Proposition de définition de la profession socio-esthétique par le groupe AFSOS :

•La S.E est la pratique professionnelle des soins esthétiques adaptés aux personnes fragilisées ou en souffrance suite à une atteinte de leur intégrité physique, psychique ou en détresse sociale

•La S.E s’inscrit dans des projets de soin ou de vie définis avec les équipes pluridisciplinaires. Par ses compétences spécifiques, la S.E contribue, avec les équipes soignantes, à une prise en charge globale des personnes

•La S.E en cancérologie a pour mission l’accompagnement et l’aide à la personne fragilisée par la maladie tout au long de son parcours thérapeutique. Elle possède comme principaux outils le toucher, le dialogue et une écoute empathique non médicalisée

•La relation d’aide permet de proposer aux patients, les moyens de résoudre ses problèmes avec ses propres capacités

Pour exercer en tant que Socio- Esthéticienne

Il est impératif d’avoir:

– Un CAP esthétique cosmétique

– Une expérience d’activité de 2 années minimum

– Une formation complémentaire dans le domaine de la socio-esthétique

Seuls les professionnels ayant suivis ce cursus, peuvent se prévaloir du titre officiel de « Socio-Esthéticienne » et peuvent donc se référer à la fiche métier de Socio-Esthéticienne validée par le Ministère de la Santé.

Les personnes ayant un cursus différent ne peuvent pas prétendre s’appeler SocioEsthéticienne et devront acquérir les formations nécessaires (formation ou VAE).

Elles peuvent malgré tout exercer à condition d’avoir au minimum un CAP « esthétique cosmétique ».

 

Les objectifs d’une formation complémentaire en socio-esthétique

• Connaitre les pathologies et traitements ainsi que leurs impacts sur la peau et les phanères pour une meilleure adaptation des soins S.E.

• Comprendre les conséquences psychologiques de la maladie et de ses traitements.

• Respecter les règles du milieu médical (l’hygiène hospitalière, le respect le secret professionnel absolu, de la confidentialité lors des échanges…).

Rôle de la Socio-Esthéticienne dans l’accompagnement du patient

Les effets indésirables des traitements médicamenteux peuvent avoir des conséquences dermato-cosmétologiques sources d’une dégradation de l’état général :

• Diminution de la qualité de vie

• Dépréciation de l’image et de l’estime de soi Les soins S.E tiennent compte de la pathologie, des modifications corporelles et de l’altération physique et psychologique

 

Quatre rôles sont essentiels :

Rôle social : aider à redonner confiance, faciliter la relation à autrui, maintenir la communication verbale et non-verbale et préserver l’identité sociale.

Rôle psychologique : aider à restaurer l’estime de soi, la confiance en soi, le sentiment d’identité, une bonne image ; aider à verbaliser les difficultés et la prise de conscience du schéma corporel

Rôle éducatif : inciter la personne à être actrice de son mieux être, initier aux techniques « d’auto-soin » et orienter vers d’autres professionnels

Rôle d’accompagnement : écouter, encourager, guider, « ré-apprivoiser le miroir », éviter l’isolement

La place de la S.E au sein d’une équipe pluridisciplinaire

• L’intégration des S.E passe par la connaissance du fonctionnement des établissements sanitaires et des réseaux en cancérologie. La S.E est une compétence complémentaire en lien avec des différents acteurs, mais sans ingérence dans leurs missions propres.

• La collaboration étroite avec l’équipe pluridisciplinaire permettra d’organiser au mieux une prise en charge efficiente sans oublier d’y associer la famille et/ou la personne de confiance choisie par le sujet pris en charge

• Il est recommandé d’avoir une supervision psychologique

 

Intégration de la S.E dans le parcours du patient

• Comment ? Sur prescription médicale, sollicitation de l’équipe de soins ou de support, par le patient lui-même ou son entourage familial

• Qui ? Nourrissons, enfants, adolescents, femmes et hommes

• Où ? Domicile, HAD, en chambre ou dans un local au sein d’un établissement médical, au sein d’un réseau de santé ou dans un espace associatif

• Quand ? Suite à la consultation d’annonce ou de suivi, à chaque rendez-vous à l’établissement de santé, à un changement de traitement, durant une hospitalisation et/ou avant le retour à domicile, à domicile si possible

Mode d’intervention de la Socio-Esthéticienne dans le milieu hospitalier

Atelier collectif :

• Au sein d’un espace adapté mis à disposition par la structure

• Information et proposition de participation : tout au long du parcours de soin

• Création d’un document de présentation de l’atelier à remettre aux patients

• Nombre de participants défini en fonction du thème de l’atelier Le rythme des ateliers est proposé à des moments clés du traitement (début en prévention ou fin en soutien) et sont programmés

Mode d’intervention de la Socio-Esthéticienne en milieu hospitalier

Organisation d’un accompagnement individuel :

• Prise de contact, présentation et explication du rôle et de la fonction S.E (soins non payants pour le patient …)

• Échanges et invitation aux questions ouvertes : revenir sur les informations relatives à l’image de soi et l’hygiène cutanée à adopter durant les traitements

• Détermination de la prise en charge S.E adaptée en fonction des besoins identifiés

Le rythme des séances est variable d’une personne à une autre. Il est utile de voir le patient de manière distincte dans le cadre :

– de la chirurgie

– de la chimiothérapie

– de la radiothérapie

– ou d’un traitement spécifique (unité protégée, curiethérapie…)

Les outils de travail de la Socio-Esthéticienne

• Les soins et conseils portés sur le visage, le corps et les phanères.

• Les soins et conseils d’hygiène et d’entretien de la pilosité

• Les soins et conseils de correction liés à la restauration identitaire : maquillage et auto-maquillage. (annexe p20)

• Les conseils liés à la mise en valeur personnelle : étude de l’harmonie des couleurs, étude de la morphologie, conseils et orientation vers les professionnels de la coiffure et prothésistes capillaires. (annexe p19)

• Les soins et conseils liés au confort, à la détente, au toucher et à la reprise de conscience du schéma corporel : modelage

• Les activités occupationnelles et/ou de médiation: lien social

Tous ces soins sont proposés en « auto-soin » c’est-à-dire des soins prodigués par la patiente sur elle-meme. Les ateliers collectifs auront comme support technique les soins listés ci-dessus

Les objectifs de l’accompagnement individuel

Sur le plan physique

– Améliorer l’aspect de la peau et des phanères par des techniques de soins et des produits adaptés

– Pallier aux effets secondaires et les faire accepter

– Restaurer l’apparence et maintenir l’hygiène

– Conseiller en terme de coiffure d’appoint, de maquillage correcteur…

– Faire acquérir des techniques nécessaires au maintien identitaire

– Centrer l’attention sur les points positifs du corps

– Améliorer les sensations de bien-être grâce à un toucher agréable et reposant

– Améliorer la qualité de vie et l’accompagnement

– Favoriser la détente, la relaxation

– Réconforter

 

Sur le plan psychologique

– Mettre en place différents vecteurs de communication par une approche différente et une écoute non-médicalisée

– Contribuer au maintien des repères spatiotemporels

– Faciliter la relation soignant-soigné et l’acceptation des traitements

– Compléter les soins médicaux et paramédicaux

– Susciter l’envie et le désir de vie

– Aider au maintien de la construction sociale de soi

– Aider au maintien de la conservation d’une énergie positive et de la personnalité en revalorisant l’image corporelle et l’estime de soi

– Favoriser les relations sociales et familiales

– Aider à s’adapter au changement de l’image de son corps, pouvant permettre à la personne d’exercer une certaine autonomie

– Aider à pallier à certains effets secondaires au niveau de la peau et des phanères qui peuvent engendrer des troubles de l’image de soi…

– Aider le patient à mieux intégrer sa nouvelle image corporelle puis, peut-être à S.E l’approprier progressivement

Les objectifs de la prise en charge collective

• Mettre en place une activité de prévention et d’éducation sur l’image corporelle permettant aux patients de développer des compétences dans la prise en charge de leur mieux-être et de leur apparence

• Favoriser une activité ludique, occupationnelle permettant pour un temps, de parler d’autre chose que de la « maladie »

• Sortir de l’isolement afin de lutter contre le repli sur soi

• Accepter de faire connaissance, de communiquer afin de favoriser le lien social

• Être actif par la parole ou simplement par la présence ou l’écoute

• Accepter de toucher ou d’être touché

• Accepter le regard et les critiques de l’autre sans se sentir jugé

• Acquérir une assurance et une meilleure communication en groupe

Statuts et mode de fonctionnement des S.E

• Titulaires ou contractuelles de la fonction publique

• Vacataires d’établissement ou d’association

• Titre reconnu au niveau IV

• Sous la responsabilité de la Direction des Soins

• Non payant pour les bénéficiaires et inscription dans le projet et dossier de soin du patient

CONCLUSION

• La Socio esthétique est un des métiers en soins de support

• Ce sont des professionnels spécifiquement formés à l’esthétique et aux pathologies traitées

• Il s’agit de développer l’information sur le métier de Socio-Esthéticienne

• La reconnaissance du métier de Socio-Esthéticienne est nécessaire (la pratique par des esthéticiennes non socio‐esthéticiennes ou par des soignants non S.E est dommageable)

• La socio-esthéticienne n’a pas pour vocation de se substituer au professionnel de soin psychique (psychologue et/ou psychiatre) dans le cadre de la relation d’aide et d’accompagnement du patient. Elle intervient de façon complémentaire dans le strict cadre de sa fonction

• Cet accompagnement est bénéfique pour le patient tant dans sa relation d’aide non médicalisée que par ses soins prodigués

Annexes

Annexe 1 :  La coiffeuse hospitalière en collaboration avec la S.E

Annexe 2 : La maquilleuse professionnelle en collaboration avec la S.E

Consulter les annexes complètes dans le document PDF

Pour aller plus loins :

– Lien vers La fiche métier du ministère de la santé

– Partie 2 du référentiel AFSOS : Se reporter aux fiches bonnes pratiques socioesthétique

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos