Cancer, vie et santé sexuelle

    #Santé sexuelle et fertilité
  • #sexualité
  • #vieintimité
  • #santé
  • #fertilité

Dernière mise à jour : 03/03/2019


Objectifs du référentiel

 

Optimiser la rencontre et le parcours de la personne malade dans le domaine de la santé sexuelle et de la vie intime et sexuelle.

 

1- La rencontre (plan individuel)

 

  • Sensibiliser tous les professionnels de santé au fait que se préoccuper de la santé sexuelle et de la vie Intime n’est ni un luxe ni un tabou mais un devoir des professionnels de santé en tant que partie intégrante du soin au titre de la prévention secondaire, tertiaire et quaternaire.
  • Rappeler l’obligation d’informer sur les conséquences (attendues et potentielles) du cancer et des traitements sur la santé et la vie sexuelle et de s’informer sur les attentes / craintes du malade (et du partenaire).
  • Légitimer en autorisant les professionnels de santé, les malades / couples à en parler et leur faciliter, l’abord de la question de la santé sexuelle et de la qualité de leur vie sexuelle / intime (actuelle ou ultérieure).
  • S’approprier et partager une sémantique commune et un pré requis commun, simple pour repérer les sujets / couples vulnérables ou à risque, informer, s’informer et si besoin traiter leurs problèmes / difficultés en distinguant les problématiques simples ou plus complexes qui requièrent un avis plus spécialisé (pluridisciplinaire ou non).

 

2- Le parcours de la personne malade (l’organisation en équipe et en transdisciplinaire)

  • Intégrer « l’oncosexualité » dans la pratique quotidienne tout au long du parcours personnalisé de soins (PPS).
  • Organiser à chaque niveau de responsabilité des professionnels de santé et à chaque étape du parcours de soins, la prévention et/ou la prise en charge des possibles dysfonctions sexuelles induites par la maladie et ses traitements.
  • Proposer une réponse adaptée et une meilleure prévention des troubles des malades et des proches.
  • Corriger les fortes inégalités d’accès et de qualité persistantes dans ce domaine.

 

3- L’appropriation (individuelle et collective) de 3 niveaux de compétence

➢ Savoir

  • en parler (savoir théorique, savoir-faire et savoir-être) ✓la réponse (savoir théorique, savoir-faire)

➢ Connaitre quelqu’un qui sait

  • ROR (registre opérationnel de ressources) = annuaire territorial / régional (personnes, structures…)
  • centre de soins de support

➢ Savoir où chercher une réponse

  • référentiels dédiés « Cancer et sexualité » de l’AFSOS (accessibles sur afsos.org et sfpo.fr)
  • médecin généraliste / médecin oncologue généraliste ou d’organe / psycho-oncologue / psychiatre / soignants / réseaux territoriaux / associations de patients….
  • supports passifs (brochures Ligue ou autres….) ou actifs (web 2.0 labélisés HON type e-cancer …).

 

Remarque importante : Ce référentiel concerne la prise en soins « onco sexuelle » transversale et interdisciplinaire « généraliste » pour tous les cancers, de tous les malades et pour tous les traitements afin d’harmoniser et diffuser les bonnes pratiques. Il vise aussi à sensibiliser les intervenants du 1er recours et des services spécialisés à cette dimension importante des soins de support mais aussi de la santé, de la qualité de vie et du bien-être. Pour cette raison, à la différence de la majorité des référentiels de bonnes pratiques, il ne se focalise pas sur un aspect diagnostique ou thérapeutique particulier.

Explorez les chapitres de ce référentiel

Contributeurs

Coordinateur

Pierre BONDIL (RRC-RA), Daniel HABOLD (RRC-RA)

Membres du groupe de travail
Mario BARMAKI (RRC-RA), Christine BOISRIVEAUD (RRC-RA), Pierre BONDIL (RRC-RA), Marie CHEVRET (RRC-RA), Marjorie DUMONT (RRC-RA), Fadila FARSI (RRC-RA), Isabelle GABELLE-FLANDIN (RRC-RA), Daniel HABOLD (RRC-RA), Anne MEUNIER (RRC-RA), Martine PROUVEUR (RRC-RA), Lydie ROCA (RRC-RA), Pierre SALTEL (RRC-RA), Elisabeth SCHADT (RRC-RA), Jean Dominique TIGAUD (RRC- RA).

Relecture
Wadhi RHONDALI (RRC-RA).

Contributeurs (participants aux ateliers des J2R du 02/12/2010)

Evelyne ARBIOL (RRC-RA), Pierre BIRON (RRC-RA), Véronique BODIN (ONCOPACA), Pierre BONDIL (RRC-RA), Géraldine CAPELLE (ONCOLOR), Sylvie DOLBEAUT (ONCORIF), Marjorie DUMONT (RRC- RA), Fadila FARSI (RRC-RA), Laure FAVIER (ONCOBOURGOGNE), Sylvie FILLION (ONCORIF), Virginie FOUBERT (RRC-RA ), Daniel HABOLD (RRC-RA), Maryse JEUDY (ONCORIF), Thierry LAGRANGE (RRC-RA), Frédérique LEBRUN (ONCOBRETAGNE), Gauthier LEQUANG (RRC-RA), Sandrine MILLEY (ONCOCHA), Henry NAHAPETIAN (RRC-RA), Joséphine PIERARD (ONCO NORD PAS DE CALAIS), Pierre SALTEL (RRC-RA), Agnès SOUDRY FAURE (ONCOBOURGOGNE), Stéphanie TRAGER (ONCOPIC).

Pourquoi un référentiel cancer et sexualité ?

Épidémiologiepourquoi_referentiel_cancer_sexualite

  • Une prévalence élevée des cancers, concerne finalement un adulte sur dix (personne malade/partenaire).
  • Un vieillissement de la population (vieillissement et cancers, vieillissement et sexualité).
  • Une incidence élevée des cancers de la sphère  génitale ou relationnel (répartition).
  • Une réelle atteinte de la sexualité pour 2/3 des malades (enquête 2 ans après).
  • Une réelle demande des malades (enquêtes malades, associations) :

– Tous souhaitent avoir une information et considèrent important de pouvoir en parler.

– 1/3 s’adapte sans plainte, 1/3 demande des choses simples, 1/3 souhaite un accompagnement plus spécialisé.

 

Progrès Médicaux

Le cancer se guérit beaucoup mieux (taux de survie par cancer) : graphique 1 projets_medicaux

Le cancer accède au statut de maladie chronique.

Les stratégies thérapeutiques doivent tenir compte des objectifs de qualité de vie des malades et des couples.

On a des solutions pour traiter une grande partie des dysfonctions sexuelles.

 

Progrès sociétaux

  • La Santé sexuelle = un droit ( Définition de l’OMS)
  • La Santé sexuelle = un paramètre pertinent et valide de la santé et de la qualité de vie.
  • Les plans cancer I et II recommandent la réadaptation et la réinsertion dans la vie psycho-sociale par l’accès facile aux soins de support. Un Décalage Paradoxal entre besoins et prise en compte

 

Alors que malades, partenaires, associations sont en demande et que les soignants considèrent important de restaurer un état de santé sexuelle :

  • Le sujet n’est pas assez abordé dans la relation soignant / soigné ou ignoré

–  Tabous, mythes, fausses idées, défenses.

–  Autorisation soignante et des patients encore timides

  • L’offre de soins manque de :

–  initiative et communication,

–  savoirs, savoir-faire, savoir-être,

– lisibilité et d’égalité d’accès aux soins.

Objectifs du référentiel

1- La rencontre (plan individuel)

  • Sensibiliser tous les soignants qui prennent en charge des malades porteurs d’un cancer, au fait que la dimension Santé et la vie Sexuelle n’est ni un luxe ni un tabou, mais un droit des malades et de leurs partenaires.
  • Autoriser les soignants et leur faciliter, à l’aide d’un pré requis simple, l’abord de la question de la santé et de la qualité de vie sexuelle des malades (et du couple).
  • Partager une sémantique commune, et un pré requis simple, afin de repérer et distinguer les problématiques simples de celles qui requièrent un avis spécialisé, pluridisciplinaire.

 

2- Le parcours de la personne malade (l’organisation en équipe et transdisciplinaire)

  • Intégrer cette prise en charge dans la pratique quotidienne.
  • Organiser à chaque niveau de responsabilité des soignants et à chaque étape du parcours de soins, la prévention et/ou la prise en charge des possibles dysfonctions sexuelles induites par la maladie et ses traitements.
  • Proposer une réponse onco-sexologique et une meilleure prise en charge des troubles des malades et des proches

Check-list santé sexuelle dans le parcours personnalisé de soins

Phase d’annonce

parcours-soins-personnalise-sante-sexuelle

 

Phase de traitement spécifique

phase-traitement-specifique

Phase de sortie

phase-de-sortie

Phase de surveillance

phase-de-surveillance

Glossaires / Définitions / Bibliographies

Glossaire / Définitions

Santé Sexuelle : Définition actuelle, agréée par l’OMS

« La Santé Sexuelle est un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social associé à la sexualité. Elle ne consiste pas uniquement en l’absence de maladie, de dysfonction ou d’infirmité.

La Santé Sexuelle a besoin d’une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, et la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui apportent du plaisir en toute sécurité et sans contraintes, discrimination ou violence.

Afin d’atteindre et de maintenir la Santé Sexuelle, les droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et assurés. »

 

Bibliographie

GIAMI A. Sexual health: the emergence, development, and diversity of a concept. Annu Rev Sex Res. 2002;13:1-35

EPAC, Laboratoire Sanofi Aventis. Les souffrances du patient : « vivre et grandir dans la maladie ». Collection « A vivre ouvert » 2004

BONDIL P. Vieillissement sexuel : mythes et réalités biologiques. Sexologies;2008; 17 (3) : 152-173

Explorez les autres référentiels

Devenez membre de l'afsos