Mes proches et moi

    #Proches
  • #soutien
  • #aidant


Qu’il soit membre de la famille, ami ou collègue, le proche d’une personne malade est avant tout celui qui va pouvoir lui apporter un soutien. Il a différents rôles à jouer selon l’étape de la maladie et ses liens avec la personne malade.

Le Dr Sarah Dauchy, médecin psychiatre à Villejuif, parle de la position que les proches d’une personne atteinte d’un cancer peuvent avoir. Comment se comporter ? Comment soutenir la personne malade ? Que faire dans certaines situations ?

En savoir plus

Chacun sa place

Le rôle de chacun n’est pas prédéfini. Selon ses habitudes et ses relations de confiance, chacun trouve sa place auprès de la personne malade. Au quotidien, il s’agit de maintenir au mieux les liens préexistants pour que la personne malade se sente le mieux possible.
Le conjoint et les parents ont bien-sûr une place plus importante. Ils peuvent accompagner leur proche malade au quotidien à l’hôpital ou à la maison : selon le désir du patient, un proche peut assister aux consultations. Cela permet d’être soutenu et de rediscuter des nombreuses informations qui ont été données lors de l’entretien. Cet accompagnement par un proche est même conseillé lors de la consultation d’annonce.

Un soutien essentiel

Le soutien des proches est important quelle que soit la phase de la maladie, à l’annonce comme à la fin des traitements, ou lors de la reprise des activités ou du travail.
Il prend en compte les besoins et les attentes de la personne malade.

Chacun a des réactions différentes, un vécu différent de la maladie. L’échange entre la personne malade et ses proches est essentiel pour permettre à celle-ci d’exprimer ce dont elle a besoin, de partager, si elle le souhaite, ses émotions et de se sentir mieux comprise pour avancer ensemble.

Les proches sont aussi les premiers témoins des signes inhabituels ou de changements de comportements. Ils sont donc une aide précieuse pour l’équipe soignante. Au quotidien, ils peuvent aussi apporter une aide logistique importante, pour faciliter les gestes du quotidien et aider au retour à une vie sociale.
Il arrive qu’une personne veuille traverser cette épreuve seule, souvent pour protéger ses proches. Tout en respectant cela, lui montrer que l’on est là pour elle en cas de besoin, est déjà une façon d’aider.

Que dit la loi  ?

Le secret médical protège l’intimité de la personne malade. Pour autant, en cas de diagnostic ou de pronostic grave, le secret médical ne s’oppose pas à ce que la famille et les proches reçoivent les informations nécessaires destinées à leur permettre d’apporter un soutien direct à celle-ci, sauf opposition de sa part.
La loi prévoit aussi la possibilité de désigner une personne de confiance qu’elle soit ou non de la famille.

Aider les proches

La vie des proches est elle aussi perturbée. Des lieux d’échanges, comme les Espaces de Rencontres et d’Information, existent pour répondre à leurs questions. Un soutien psychologique leur est possible dans la plupart des structures de psycho-oncologie. Les groupes de parole pour les proches, comme ceux proposés par la Ligue contre le Cancer, favorisent l’expression des angoisses et le partage d’expérience.
Concernant les aides sociales, les proches ont également des droits comme l’allocation de présence parentale pour les parents d’enfants malades ou le congé d’accompagnement. Pour en savoir plus, s’adresser à l’assistante sociale du service.

Le lien entre une personne malade et ses proches est important pour avancer ensemble dans le processus de la maladie. Être proche est une réelle implication. Il faut donc savoir aussi faire des pauses et accepter de se faire aider.

Avec la collaboration du Dr Sarah Dauchy, psychiatre, Institut Gustave Roussy, Villejuif.

 

 

Découvrir le site Mes-soinsdesupport.com pour mieux vivre les effets des traitements contre le cancer.

mes_soins_de_support

Devenez membre de l'afsos